La semaine dernière, j'ai reçu un mail de la LPO (je suis adhérent) contenant un article de l'Est Républicain, celui-ci a eu le bon goût de m'énerver une fois de plus. Le voilà :

Cet article m'a fait penser à une planche de mon vieux dictionnaire Larousse des années 70 où étaient représentés les animaux nuisibles. Quand j'étais petit, je croyais donc que la guêpe, le frelon, la mouche, la buse, le faucon, le castor étaient des animaux dont il fallait se débarrasser, les supprimer de la surface de la planète car ils empêchaient l'épanouissement des autres espèces. Le terme "parasite" aurait alors mieux collé à ces satanées bestioles. En grandissant, j'ai compris (d'ailleurs de plus en plus) que ces animaux existaient pour la plupart bien avant l'Homme, s'étaient intégrées à leur milieu et formaient un maillon indiscutable de leur écosystème. A présent, je sais bien que ces bêtes ne sont nuisibles qu'à l'Homme, enfin à l'homme qui vise la rentabilité maximale, qui ne cherche qu'à éliminer la concurrence. C'est ainsi que l'on protège ses arbres fruitiers des vilains passereaux, qu'on bazarde du poison sur les cultures, qu'on enfume les renards car ils sont toujours trop nombreux (mais pas parce qu'ils mangent les petits lapins que les chasseurs n'auront pas). J'ai l'air un peu niai à mon âge de préférer les animaux aux hommes mais je suis toujours révolté de voir ce qu'on leur fait subir alors qu'ils ne se contentent que de vivre (et pas d'être dominés comme le prétend certaines religions). Les chasseurs et les paysans sont déjà parvenus à éliminer tous les loups de France (sauf dans des coins reculés) mais se plaignent de la surabondance de sangliers qui détruisent les cultures, ils se plaignent aussi des rares ours que l'on tente de réintroduire dans les massifs. Je ne parlerai pas des lynx dans le Jura et les Vosges qui font accessoirement un joli trophée au dessus de la cheminée. Si le plaisir de ces crétins est de tuer, qu'ils le fassent entre eux, ça sera plus propre.

Qu'il est fier ce courageux homme moderne...


Bref, comme je me le répète toujours, si l'on prend la planète dans son entier, le seul animal nuisible qui existe est bien entendu l'Homme et j'invite tous les animaux à l'éradiquer purement et simplement ou (pour être gentil) à le faire redescendre de son piédestal ridicule de roi du monde avant qu'il n'en reste rien (hélas, cela restera un vœux pieux...).

Allez, tirez maintenant, vous rendrez service à tout le monde.


Pour devenir aussi ridiculement idéaliste que moi, je vous invite à (re)lire Ravage de Barjavel mais en veillant bien à stopper votre lecture quelques pages avant la fin (car je la trouve un peu trop "dérangeante").