"Pour avoir des mollets de campeurs, des jambes de grenouille et un coeur en béton, rien ne vaut le vélo", c'est ce que je dirai à mon petit fils, le jour où il se présentera devant moi et ne saura pas quoi faire de sa vie.
Le vélo, c'est fatiguant, tout le monde le sait, mais c'est aussi très agréable, surtout quand on s'écroule sur le canapé après une longue sortie bien éreintante et qu'on se dit qu'on a fait plein de kilomètres ou une balade d'enfer dans les bois, à tombeaux ouverts. Si on ajoute une petite gamelle pas trop douloureuse, c'est encore plus chouette !
Bref, faisez du vélo, c'est bon pour la santé et le moral. Votre médecin vous le dira aussi.

Je vous présente aujourd'hui mes vélos, pour la simple et bonne raison que j'en ai eu un tout nouveau tout beau, encore brillant, rutilant et heureux d'avaler les kilomètres avec son esclave sur la croupe.

Premier vélo : le pas cher, pas terrible mais qui rend bien service.


Ha c'est sûr, il ne fera pas le Tour de France, tout juste le tour de Metz et c'est tout ce que je lui demande ! C'est le vélo de mon père, acheté en Allemagne mais qui a cessé de lui servir (à mon père, pas à l'Allemagne). Je me sert de ce vélo uniquement pour aller dans Metz, je le charge sur la voiture, me rend à l'entrée de Metz, me gare, le descend et 6-7 km plus loin j'arrive au centre ville, plus rapidement que si j'avais pris la voiture et j'évite d'enfumer les citadins. Bon, c'est un peu spartiate, tape-cul et les vitesses qui sont dans le moyeux de la roue ne me permettent pas de faire de folles pointes de vitesses mais au moins, si on me le vole, je serai triste mais pas trop.

Second vélo, celui que j'utilisai jusqu'à vendredi dernier pour toutes les autres activités : le Marin Bayview Trail. VTT bidouillé en vélo de route.




Je l'ai acheté en 2000 (je crois), chez GoSport pour 2500 Francs. C'est un très bon vélo, très costaud, très agréable avec sa fourche suspendue, idéal pour les ballades dans les bois. Un achat que je n'ai jamais regretté, une très bonne marque bien meilleure que les saletés qu'on achète en hypermarché (mon VTT précédent venait de là).
Avec le temps, mes pratiques se déplaçant du VTT vers la route, j'ai changé les pneus pour des modèles slick sur le dessus et cramponnés sur les cotés ainsi que le plateau avant affichant 50 dents (pour le plus grand, les autres ne me servant presque pas). Je pouvais du coup aller très vite sur les départementales et parfois faire la nique aux possesseurs de vélos de route. Pourtant, avec les douleurs dans le dos, les bras et les genoux ainsi que le fait de devoir changer les pneus pour faire du vrai VTT, j'ai décidé de m'acheter un VTC mais pas un simple vélo tout chemin.

Troisième vélo donc, le Scott Sub30, acheté chez Passion Vélo pour 490€.







Alors pourquoi un VTC et pas un vrai vélo de route ? Ben pour pour prendre quelquefois des raccourcis ou me promener gentiment sur des chemins qui risqueraient de casser un vélo de course mais aussi garder le profil et le poids d'un vélo route. C'est donc un compromis entre un VTT (voire VTC) et un vélo purement route. Les roues sont en 700 (et pas en 26" comme sur un VTT), les pneus moitié plus fins qu'un VTT et à peine plus gros que les vélos de route mais la sculpture est identique à ces derniers. Il ne me reste qu'à changer le grand plateau pour passer de 48 dents à 52 mais pas tout de suite.

Après un premier essai de 33 km, je suis très satisfait malgré l'absence de suspensions et la selle très dure (je me demande comment on peut faire le Tour de France !). J'ai là un très bon vélo, costaud, polyvalent, léger (11,2 kg) et plus adapté à ma taille et mes activités que le VTT.

A bientôt sur les routes de France ! (et bientôt de Belgique, une fois que j'aurais moins mal à mon genou plein de tendinites).