Sorti il y a quelques jours, "In Memoriam le dernier rituel" est déjà primé par la presse spécialisée comme un très bon jeu thriller/aventure, il faut dire qu'il est la dernière amélioration d'un jeu sorti en octobre 2003 et intitulé justement "In Memoriam". C'est de ce premier opus que je vais vous parler.
Je l'ai acheté il y a un peu plus d'un an, il était en prix réduit et les critiques étaient bonnes pour ce jeu d'un genre nouveau. J'avais commencé à y jouer et je suis très vite passé à autre chose car je ne voulais pas m'immerger dans des enquètes à n'en plus finir (après Myst qui était formidable mais qui m'a bloqué des soirées entières je n'ai plus été en mesure de laisser autant de temps dans des jeux d'aventure). Bref, le jeu est resté dans ma ludothèque, attendant tranquillement son avenement.
Avec la sortie du dernier In Memoriam qui plonge encore plus le joueur dans la fiction, à tel point qu'on se croirait dans "The Game" de David Fincher (qui a fait aussi le très bon "Fight Club" et "Seven"), j'ai repensé au jeu qui trainait dans son armoire et m'y suis remis, non sans mal car j'ai eu un mal de chien à obtenir un mot de passe pour y jouer. Une fois dans le jeu, on est pris dans l'engrenage du tueur et c'est très prenant !
Je vous raconte un peu ce qui ce passe au début du jeu. Le joueur se propose d'aider une entreprise à trouver l'un de ses journalistes enlevé par le mystérieux Phoenix. Il dispose d'un CD-ROM crypté qui contient des informations sur le journaliste et une amie à lui. Grâce à notre intuition et Internet, on ouvre des portes et on accède à des données importantes sur le pourquoi du comment de cet enlèvement. On se rend compte que le journaliste mettait les pieds dans une histoire de meurtre des années 70 et que cela allait se retourner contre lui. A l'aide d'une vidéo de vacances en super-8 exploitée à fond, on retrouve les lieux des meurtres et les tenants et les aboutissants de toute une machinerie.
Je n'ai pour l'instant joué que quelques heures et j'ai été à chaque fois très fier de trouver des mots de passe sur Internet. De temps en temps, des mails arrivent à point nommé pour m'aider dans l'enquète. Je fais un peu de tourisme en Grèce pour chercher des renseignements et, de fil en aiguille, découvre les motivations du tueur. Le CD-ROM contient des images assez glauques, une musique répétitive et stressante, on se croirait vraiment dans Seven et c'est génial ! Voilà, je vous montre quelques captures d'écran, histoire de vous montrer à quel point le Phoenix est tordu.

Sur cet écran, on doit gratter avec la lame de rasoir la surface pour découvrir un indice.

C'est bon, j'ai trouvé trois mots de passe, la porte va pouvoir s'ouvrir.

L'un des messages du Phoenix.

On doit parfois faire des puzzle pour trouver des lieux et ensuite aller sur Internet pour savoir de quel endroit il est question.

Des séquences vidéos (des bandes volées au journaliste) sont données en récompense, on y apprend comment évoluait l'enquète des disparus.

Karen repense à ce que son père avait filmé par mégarde avant d'être lui-même assasiné.

Comme Jack Lorski, vous devrez vous servir souvent d'Internet pour trouver des indices.

Je n'ai pas beaucoup avancé dans le jeu mais l'enquète est très prenante. Si vous tombez sur ce jeu en boutique (il coûte trois fois rien en ce moment), je vous le conseille, on a vraiment l'impression d'être detective. Allez hop, j'y retourne !