Blog Orphanis.com

vendredi 10 mars 2017

J'ai les oreilles qui saignent

J'ai la particularité d'être en couple avec une institutrice. Outre le fait qu'elle est particulièrement douée et reconnue dans son métier, elle partage avec moi le goût du bon français, ce qui ne veut absolument pas dire que nous aimons l'esprit franchouillard ni les idées politiquement extrêmes.

Bref, mon amie me reproche de temps en temps, mes fautes de langage, parfois mes grossièretés. C'est vrai, je ne prends pas assez le temps de tourner des phrases disons, élégantes. Pourtant, j'essaie de parler bien, d'employer un français grammaticalement un tant soi peu correct. Et du coup, quand j'entends mes contemporains, à la radio, dans des podcasts ou dans mes relations, je ne peux pas trop m'empêcher de tiquer à chaque fois que la langue est malmenée. La langue est riche, elle est belle, d'autant plus quand elle est bien employée.

Alors voici quelques mots que j'entends souvent et qui me font mal aux oreilles :

Dans la catégorie <on a enlevé le "e">

  • Maint'nant
  • R'pas
  • Em'mner

Dans la catégorie du mot long que les gens ne savent certainement pas orthographier :

  • Expodentiel (alors que vous savez que c'est "exponentiel" mais j'ai toujours l'impression que les interlocuteurs disent un "d")

Dans la catégorie des mots qui sont mal employés :

  • "Cela dit/ceci dit" : J'entends toujours le "ceci dit" quel que soit le contexte or il devrait être remplacé par le "cela dit" car : "ceci" annonce ce qui va être dit et "cela" fait référence à ce qui vient d'être dit. On doit donc employer "cela dit" (et non "ceci dit"). Ex : Cet homme est compétent. Cela dit, il n'est pas sans défaut. C'est aussi valable pour "voici/voilà". Écoutez bien, ça va (peut-être) vous sauter aux oreilles.
  • "Apporter/amener" : Apporter fait référence à un objet et amener à un humain (voir animal). Donc on ne doit pas dire "Peux-tu amener ma voiture au garage ?"

Dans la catégorie des expressions qui me dérangent (mais que ne sont pas fausses)

  • "Excuse-moi". J'ai l'impression qu'on se donne soit-même l'absolution et pas que l'on demande pardon.

Voilà un petit florilège de ce que je lis ou ce que j'entends. Bien évidemment, je ne suis pas exempt de fautes de langue et j'ignore sans doute pas mal de règles (faut absolument que je me relise !), mais si vous me voyez faire une drôle de tête quand je lis un texte (hormis les fautes d’orthographe dont je suis aussi, hélas, coutumier), vous saurez désormais pourquoi. Évidemment, si quelqu'un a quelque chose à ajouter, voire me corriger, les commentaires sont là pour ça !

mercredi 17 septembre 2014

Ces expressions qui m'enervent

Ça y est, encore une fois je vois revenir cette expressions : "À moins que vous n'ayez passé les six derniers mois au fond d'une grotte, vous avez forcément entendu parler de (...)". C'est vraiment celle que je déteste le plus. Ici, l'expression concernait le jeu Destiny via NextINpact. Régulièrement je vois ressurgir ce "A moins d'être resté au fond d'une grotte" comme si ne pas être au courant de tout faisait de nous des idiots/ignares/rebuts de la société. Bien sûr, je connaissais le jeu Destiny, du moins de nom, images mais ça m'est arrivé de ne pas être au courant du sujet, parfois parce que ça ne m’intéressait pas avant ou parce que je ne vis pas exclusivement derrière mon écran (faudra que j'en reparle tient). Contrairement à certains nolifes, être au courant de tout, de la dernière robe de Jessica Alba à la puce mémoire de Skynet (ça viendra...) n'est pas une fin en soi.

Le site Presse Citron a le même type d'expression, un poil plus politiquement correct : "A moins que vous ayez été privé d’électricité et de réseau durant ces dernières 24 heures, vous devez maintenant savoir que le service américain Netflix est arrivé en France.". Encore une fois, je le savais, comme beaucoup de monde d'ailleurs mais si j'ai le malheur de m'éloigner de mon ordinateur plus de 48h je passerai vraiment pour un crétin.

Autre locution que cette fois les médias et les politiques adorent nous ressortir, celle de la bougie : qui n'a jamais entendu, lors d'une remise en cause d'une énergie (le plus souvent nucléaire) ou d'un changement de société, les imbéciles dire qu'on en reviendrait à habiter dans des grottes (décidément) et s'éclairer à la bougie ? Alors là bravo, tout de suite l’extrême, le hors-sujet, la volée de phalanges dans ta gueule. Évidemment ça doit être dit pour déstabiliser l'adversaire (que répondre à un connard pareil ?). Le progrès ça doit toujours aller de l'avant, il ne faut surtout pas le ralentir ni chercher à le remettre en cause. J'ai toujours cette image en tête : les lumières dans les villages. Avant on mettait des lampadaires tous les 50 mètres, l’électricité coûtait cher et on éteignait la nuit, pour faire des économies et puis pour éclairer qui et quoi de minuit à six heures ? EDF est passé par là avec ses primes, ses réductions et on a éclairé des zones vides, tous les 25 mètres et toute la nuit. Et tout ça pour qui ? Déjà le jour je me demande pourquoi je roule à 50 dans un village, il n'y a plus personne dehors alors la nuit... Mais remettre en cause cette "habitude", c'est laisser la porte ouverte au crime (ben oui, le voleurs ils passent TOUJOURS sous les lampadaires, on les voit mieux à 3 heures du matin quand on a rien de mieux à faire que regarder à la fenêtre) et éteindre les lumières c'est aller contre le progrès, c'est revenir à la bougie, à la peur de l'inconnu. Quand on sait que le prix de l'énergie va exploser dans les années à venir, j'en rigole d'avance.

Dernière expression ou plutôt idée reçue, préconçue que j'ai en tête (vous pourrez laisser les vôtres dans les commentaires), c'est celle de la salade et c'est à mon neveu que je la tient. Sébastien, 22 ans (je crois) est fils de paysan (et chasseur, c'est dire si je l’apprécie son père). Bien évidement, lui dire que j'étais devenu végétarien lui a fait un choc et comme tous les "amoureux de la bonne chère" il ne pourrait pas vivre sans animal mort dans son assiette. Je ne sais plus exactement ce qu'il m'a dit mais c'était du type "Moi je ne pourrai pas manger que de la salade". Je te rassure Sébastien, moi non plus mais on en est pas à une ânerie prêt.

samedi 25 avril 2009

Une rose...

MODE TROLL : ON

Je vais (encore) me faire des copains, iconoclaste comme je suis...

Une fois par an, en Lorraine (pas ailleurs je crois), les motards se payent une conduite : pas de lignes blanches franchies à 150 à l'heure, pas de voitures dépassées à des vitesses relativistes, pas de moteurs qui hurlent pour rien (encore que...), pas d'accidents idiots, pas de passages interdits utilisés, pas de chemins défoncées ou d'animaux dérangés (encore que, aussi), pas de pointes de vitesse qu'on entend à cinq kilomètres. L'édition 2009 d'Une Rose Un Espoir à débuté et ils sont arrivés sur la place de mon village, moins nombreux que l'année dernière.

Je ne vous cache pas que j'ai préféré les ignorer (chose très difficile sur la route) malgré le concert de tournage de manettes d'accélérateurs qui ont égayé le village et fait fuir tous les animaux des environs (j'ai essayé de rentrer les chats avant). Je ne critique pas l'intention très louable de leur démarche mais je préfère largement un défilé de cyclistes, de coureurs qui font un réel effort pour sensibiliser la population (le Téléthon par exemple) plutôt que ces adeptes des chevauchées sauvages. Évidement, je ne mets pas tout le monde dans le même sac, il y aura toujours les bons et les mauvais motards mais bon, je préfère donner à qui je veux sans qu'on me force la main (oui je sais : "attends que le cancer s'attaque à toi") et puis je ne peux donner à tout ceux qui tendent la main.

Voilà, MODE TROLL : OFF

lundi 16 mars 2009

Nuisible

La semaine dernière, j'ai reçu un mail de la LPO (je suis adhérent) contenant un article de l'Est Républicain, celui-ci a eu le bon goût de m'énerver une fois de plus. Le voilà :

Cet article m'a fait penser à une planche de mon vieux dictionnaire Larousse des années 70 où étaient représentés les animaux nuisibles. Quand j'étais petit, je croyais donc que la guêpe, le frelon, la mouche, la buse, le faucon, le castor étaient des animaux dont il fallait se débarrasser, les supprimer de la surface de la planète car ils empêchaient l'épanouissement des autres espèces. Le terme "parasite" aurait alors mieux collé à ces satanées bestioles. En grandissant, j'ai compris (d'ailleurs de plus en plus) que ces animaux existaient pour la plupart bien avant l'Homme, s'étaient intégrées à leur milieu et formaient un maillon indiscutable de leur écosystème. A présent, je sais bien que ces bêtes ne sont nuisibles qu'à l'Homme, enfin à l'homme qui vise la rentabilité maximale, qui ne cherche qu'à éliminer la concurrence. C'est ainsi que l'on protège ses arbres fruitiers des vilains passereaux, qu'on bazarde du poison sur les cultures, qu'on enfume les renards car ils sont toujours trop nombreux (mais pas parce qu'ils mangent les petits lapins que les chasseurs n'auront pas). J'ai l'air un peu niai à mon âge de préférer les animaux aux hommes mais je suis toujours révolté de voir ce qu'on leur fait subir alors qu'ils ne se contentent que de vivre (et pas d'être dominés comme le prétend certaines religions). Les chasseurs et les paysans sont déjà parvenus à éliminer tous les loups de France (sauf dans des coins reculés) mais se plaignent de la surabondance de sangliers qui détruisent les cultures, ils se plaignent aussi des rares ours que l'on tente de réintroduire dans les massifs. Je ne parlerai pas des lynx dans le Jura et les Vosges qui font accessoirement un joli trophée au dessus de la cheminée. Si le plaisir de ces crétins est de tuer, qu'ils le fassent entre eux, ça sera plus propre.

Qu'il est fier ce courageux homme moderne...


Bref, comme je me le répète toujours, si l'on prend la planète dans son entier, le seul animal nuisible qui existe est bien entendu l'Homme et j'invite tous les animaux à l'éradiquer purement et simplement ou (pour être gentil) à le faire redescendre de son piédestal ridicule de roi du monde avant qu'il n'en reste rien (hélas, cela restera un vœux pieux...).

Allez, tirez maintenant, vous rendrez service à tout le monde.


Pour devenir aussi ridiculement idéaliste que moi, je vous invite à (re)lire Ravage de Barjavel mais en veillant bien à stopper votre lecture quelques pages avant la fin (car je la trouve un peu trop "dérangeante").

lundi 1 décembre 2008

Atchoum !

A force de voir des pubs dans Télérama (une par double page, c'est assez fort), je les arrache ou les ignore mais parfois je les regarde. C'est le cas de cette série de recommandations faites par INPES pour que l'on fasse bien attention à sa santé et à celle de ses voisins. Voici un exemple :

Alors oui, c'est très sympa de nous rappeler qu'il faut mettre la main devant la bouche avant d'éternuer mais il me semble que c'était le travail des parents ça mais ceux-ci ont sans doute mieux à faire (ou ont oublié ce principe simple) et d'ailleurs bientôt, quand les dimanches seront pour nous l'occasion de sortir les gamins pour visiter les magasins (pas les hypermarchés dans un premier temps mais je mets ma main à couper que ce n'est qu'une histoire de temps), quand pourrons-nous élever nos gosses ?

A l'école de le faire ? J'ai déjà entendu des parents disant que leurs gosses n'apprenaient plus les bonnes manières à l'école (mais qu'est ce qu'ils foutent ces feignasses sur-payés ?). Ben voyons.

Puisqu'on y est, n'oubliez pas de vous laver les mains quand vous avez fini de passer aux toilettes et, si c'est possible, de pousser la porte avec les pieds afin d'éviter de toucher la clenche. Mettez aussi votre main devant la bouche quand vous baillez (on ne verra pas vos plombages et votre langue bien trop chargée). Si vous renversez du carburant à la station service, jetez un absorbant dessus plutôt que laisser les employés nettoyer votre cochonnerie. Jetez vos détritus à la poubelle plutôt que sur le bas-cotés... etc, etc.

Ok, ok, j'arrête là, je suis encore en train de m'énerver et déjà 50% de les trois lecteurs ont mis les voiles... Allez, promis, je vais être moins râleur le prochain coup.

mercredi 3 septembre 2008

Des armes, des cris, des pleurs, du sang

J'ai mon record ! Plus d'un mois sans billets, je crois que pas mal de monde a cru que j'étais mort où que mon abonnement Internet était coupé. Il n'en est rien, j'ai juste disparu de la blogosphère pendant les vacances. Je crois que pas mal de monde m'aura abandonné par la même occasion. Tant pis.

Hier, sur ARTE, passait un très intéressant reportage sur le trafic d'armes, le mensonge des vendeurs "légaux", des trafiquants, des gouvernements, bref, de tout le monde. Bien évidemment, ça m'a révolté une fois de plus (vous imaginez bien que je ne suis tombé de la dernière pluie) et que tant qu'il y aura du fric à se faire, peu importe où iront se loger les balles : noirs, blanc, enfants, mères, les marchants s'en moquent. Ça m'a fait pensé à une planche de Franquin dans "Les idées noires" que je vous passe ici.

C'est un rêve que je fais, moi aussi j'ai mon "I have a dream" où tout ceux qui se servent d'une arme contre qui que ce soit voient se retourner leur geste contre eux-même. Du genre : je coupe un bras d'une personne d'un ethnie différente de la mienne et mon bras tombe aussi, je tire une bombe (tranquillement dans mon bunker, les doigts de pied en éventail), qui tue mille personnes, et bien dans mon pays, mille personnes (dont moi-même) meurt de la même bombe. Ça ferait réfléchir plus d'un crétin qui se croit tout puissant avec son flingue. Je ne dis pas, comme dans le bouquin, "aimez-vous les uns les autres", comme si ça paraissait naturel de se forcer à aimer son voisin qui tape ses gosses, je propose juste que l'on respecte son prochain comme si on le faisait pour soi-même.

Bien évidemment, je suis un doux rêveur, très très naïf, mais je suis transporté de joie quand une usine d'armement ferme ou explose (rien à foutre des chômeurs que ça fait à ce moment, c'est un mal pour un bien), quand un dictateur ou un marchand d'armes se retrouve derrière les barreaux (je préfèrerai qu'il aille sur les champs de bataille, ramasser les morts, les bouts de chair, éponge le sang mais ça serait sans doute inhumain pour certain...).

Dans le même ordre d'idée, je crache sur les militaires, les gendarmes (ces militaires déguisés) et les policiers qui sont l'émanation d'un État qui peut leur demander tout ce qu'il veut : faire respecter l'"ordre", tirer sur la population ou encore faire des rafles (comme nos policiers français s'en sont très bien chargés au Vel' d'Hiv en 42). Vous me direz "mais non, les militaires c'est fait pour protéger un pays, les flics servent et protègent la population, tout ça n'est plus possible !", mon œil. Qui charge les manifestants ? Les CRS. Qui s'infiltre parmi les manifestants pour casser des vitrines ? Les flics. Qui a chargé les Communards ? L'armée. Ça se passe dans tous les pays, de tout temps alors oui, je crache sur ces crétins en uniforme qui ne réfléchissent pas par eux-même mais suivent des ordres, aussi incroyables et effroyables puissent-ils être. Tant que les défilés du 14 juillet attireront du monde, que les petits garçons et les grands seront fascinés par un missile, un AK-47 ou toute armes que Freud dirait "phallique", on ne fera pas évoluer la société.

Si des militaires français se font descendre en Afghanistan, je n'irai pas pleurer sur leur tombe, ils ne vont pas en camp de vacances. Si à Carcassonne, un sergent tire à balles réelles dans la foule, par erreur, ça fera au moins comprendre aux imbéciles qui viennent voir le spectacle que les armes c'est fait pour tuer, ça fait une belle piqure de rappel.

Bon allez, je vais me calmer un peu et vous donne une autre planche de Franquin, planche qui ma beaucoup marqué et qui est méconnue. Voir Gaston ainsi déchiré m'a horrifié, Franquin a mit dans le mille.

lundi 28 avril 2008

Mes amis les ados

Après près de vingt jours, me revoilà. Finies les vacances !

Vu en bas de chez moi :

S'il y a un truc que je ne supporte pas, c'est de voir détruire des arbres par pure crétinerie, pareil pour les ordures qu'on jette délibérément par terre (alors qu'il y a une poubelle à cinq mètres), des saccages sur les maisons (graffitis) ou pire encore, les fumiers qui écrasent des chats et se barrent sans demander leur reste (j'ai perdu deux chats comme ça en deux ans ainsi que Dieudeschats). Là, pour une fois, j'ai pas supporté de voir ces jeunes imbéciles taillader un arbre et aussi me mentir comme ils l'on fait ("c'est pas moi") alors qu'ils sont prit la main dans le sac. Là c'est sûr, pour les jeunes, je suis un vieux con.

lundi 17 mars 2008

L'argument massue

Y a un mot qui écrase tous les autres...

Suite...

mardi 4 décembre 2007

Merci de nous éclairer…

La Poste fait parler d’elle, mais pas en bien. Sous couvert de protection de l’environnement, elle mets en avant la joie de milliers de pingouins. C’est presque de bonne guerre, c’est la mode de faire écolo. Génial donc. Sauf que les plus observateurs auront remarqué qu’il ne s’agit pas de pingouins mais de manchots empereurs (mais si, souvenez-vous de “La marche de l’empereur”). Alors on fait son malin et on ne sait pas reconnaître ces animaux ?

Quelque part, j’en doute. Cette pub, des milliers de gens, publicitaires, cadres chez la Poste, ont dù la voir avant son lancement et je suis presque sûr qu’une bonne partie de ces gens n’ont pas été dupes. Alors ? Ben ou ils ont préféré laissé tel quel en se disant que manchots et pingouins c’est kif-kif, ou ils se sont dit que les pingouins c’est plus rigolo à lire et que ça irait très bien ou, alors là je suis un con (n’insistez pas, n’insistez pas…), ils se sont dit que tout le monde ferait la différence entre les deux animaux et que plein de gens en parleraient et que ça ferait un buzz, sur les blogs et ailleurs. Une bonne pub quoi (comme une femme qui se ballade les seins à l’air dans sa cuisine, vous vous souvenez ?). Du coup, argh ! je fais de la pub malgré moi, quel con…

mardi 23 octobre 2007

Bugs en rafale

Depuis dimanche c'est la pagaille, mes accès à la base de données sont chaotiques et si j'arrive à remettre le blog sur pied ce n'est que temporaire. Il semble que je subisse une attaque par des pirates qui me submergent de commentaires publicitaires, ce qui fait exploser ma base de donnée (86 Mo c'est énorme). Du coup je bloque tout, supprime des fonctionnalités le temps de trouver ce qui ne va pas et comble les brèches, ça me permet de faire aussi un peu de ménage mais ce n'était pas le but recherché.

Je sais bien que mon blog n'est pas le plus populaire du Web et je ne pige pas trop pourquoi je suis attaqué ainsi mais je ne vais pas me laisser faire dudieu !

A très bientôt pour de nouveaux articles, en attendant je laisse cette interface "basique" et suspend les posts et commentaires antérieurs, le temps que ça se calme. Pardon à ceux (les rares) qui me laissent leurs impressions, tout ça devrait rentrer dans l'ordre d'ici peu.

samedi 9 juin 2007

Elections législatives

Comme le RSS n'intéresse pas grand monde (pourtant vous vous servez tous d'un ordinateur), je vais revenir à un sujet plus "brulant" : la politique.

C'est très curieux, j'ai l'impression que tout le monde se moque de cette élection législative (c'est peut-être juste moi), comme si la vraie élection avait déjà eu lieu (c'est un peu le cas) et que les dés étaient déjà jetés. Comme à gauche c'est un peu la pagaille c'est sans doute la droite (décomplexée) qui va sortir. Et bien qu'elle sorte, ainsi Sarkozy aura les mains libres et n'aura plus d'excuses en 2012 quand il présentera son bilan (je doute que les français y voient quelque chose à en redire, ils sont asez bêtes pour avoir voté pour lui). Bref, pas la peine de vous dire de bien voter car à mon avis c'est déjà cuit.

Alors juste un dessin piqué dans Charlie Hebdo. Je sais, je n'ai pas le droit de le mettre là mais tant pis, il représente très bien ma pensée au lendemain des présidentielles.

Ensuite, hier j'ai eu la mauvaise surprise de trouver ce bout de papier sur mon pare-brise, devant chez moi. Comme ça il n'a l'air de rien mais il imite très bien un PV. Du coup ça m'a bien énervé.

Recto

Verso

Pour le message, c'est loupé, je suis bien plus fâché contre ce parti de connards que contre les flics et l'Etat. Ils veulent de la propagande ? Ils vont en avoir...

mardi 15 mai 2007

Return to Vichy

Comme vous le savez (enfin je pense), notre cher et estimable Président, M. Nicolas Sarkozy, que Dieu le garde en bonne santé, qu'il guide ses pas, nous rend meilleurs et patati et patata, va être nommé à son poste pour cinq ans à partir de demain.

Je ne doute pas de ses qualités de grand chef d'Etat, de meneur d'hommes et accessoirement d'ami des grands fauves de ce monde. Mais, comme la population l'a plébicité, il va y avoir du changement dans ce pays, à commencer par la sécurité et le respect de la propriété privée.

Dans ce but, un nouveau ministère vient de faire son apparition. Il était dans les cartons de Nicolas quand il était encore à l'Intérieur et va devenir réalité à partir de demain. Son nom : le ministère du Civisme.

Comme il fallait s'y attendre, les caméras, la police, l'armée et la surveillance intégrale de tout ce qui bouge en France n'a pas suffit à enrayer le crime et le terrorisme, c'est pourquoi un site Internet relie désormais le Ministère du Civisme à la population française qui peut ainsi aider les forces de l'ordre à éviter toute perturbation des activités normales des consommateurs citoyens. Grace à ce site, vous aussi aidez à rendre la France plus propre, plus saine, débarassée de ses intelctuels, libres penseurs, homosexuels, noirs, opposants au régime. Aidez Nicolas à rendre la France plus grande, plus belle.

Amen.

dimanche 6 mai 2007

Putain...

PAYS

DE

MERDE

lundi 26 mars 2007

Record de vitesse sur route

Presque 30 secondes pour aller de mon village à Metz, distants d'une quinzaine de kilomètres. Vous faites mieux ? Un problème de batterie a juste raccourci l'expérience, tout sera résolu pour la prochaine course.

mercredi 21 mars 2007

Un bon vieux jeu bien bourin : Doom

Souvenirs, souvenirs, en 1993 sortait l'un des plus fameux jeux de l'histoire de l'informatique : Doom...

Suite...