Rien de neuf depuis Charlie ? Rien de très intéressant qui ne mérite d'apparaître ici en tout cas car la vie suit son cours avec des actualités très souvent alarmantes (montée des extrêmes, violences, lois liberticides, destruction des écosystèmes et j'en passe) dont j'aimerai bien me passer. Mais il y a aussi des choses plus positives que bien souvent je ne vois pas (mon verre est bien plus vide que plein).
Aujourd'hui je continue mon article sur la niche que j'avais construite il y a déjà neuf mois.

A l'époque je devais vous présenter la locataire. Avec ma légendaire rapidité j'ai attendu avant de poster un billet et... le moment venu je ne pouvais plus le faire. Que je vous explique : 17 juillet 2014, nous devions aller chercher un chiot chez un particulier. Il s'agissait d'une belle berger blanc suisse, race intelligente, facile à dresser, gentille avec les enfants. Pourquoi une race alors que les refuges regorgent de chiens ? Et bien pour ma part c'était mon premier chien et je ne voulais pas "me planter". Je n'ai toujours eu que des chats (et je les préfère encore) alors il me fallait un chien passe-partout, tout bien comme il faut et, point important : un petit, histoire qu'on lui apprenne les bonnes habitudes. Nekibo avait déjà eu un chien, elle avait plus l'habitude que moi. Donc nous avons eu ce chien qui, en l’occurrence, était une chienne. Nous l'avons baptisé Louve car au Parc de Sainte Croix, pas très loin de chez nous, des loups blancs étaient enfermés (un parc n'est qu'une grande prison, il ne faut pas l'oublier). Louve avait une faiblesse au cœur, on le savait quand on l'a reçue mais cette tare était susceptible de se réparer toute seule. Nous avons donc promené notre chienne mais sans excès. Malheureusement un beau jour, alors qu'elle n'avait pas trois mois (dont un chez nous), son cœur a lâché au cours d'une banale promenade tranquille (avec les enfants, on ne va pas très vite). J'ai essayé de foncer chez le véto mais elle est morte avant d'y arriver. On ne l'a eu qu'un mois mais on la pleurait déjà beaucoup.

Voilà pourquoi je n'en ai pas parlé.

Rapidement, nous avons cherché un autre élevage, avec des prix raisonnables (on ne voulait pas d'un chien de concours), histoire de ne pas rester sur un échec mais rien ne valait le coup. Et on a laissé traîner, finalement on était aussi bien sans chien car c'était beaucoup de contraintes surtout comparé à un chat. J'ai même démonté l'enclos car Louve n'y restait de toutes façon pas : elle n'a jamais été dans la niche, faisait tout ce qu'elle pouvait pour se sauver de l'enclos, aboyait. Bref, elle dormait dans le garage, merci pour les heures de bricolage !

Le temps a passé, l'automne puis l'hiver, on se disait qu'on ne sortait déjà pas pour nous (se promener, bricoler) alors qu'est ce qu'on aurait fait d'un chien ? Surtout qu'on ne comptait pas le faire entrer dans la maison.

Il y a deux mois, n'ayant tout de même pas abandonné l'idée d'avoir un chien (à la base, c'était pour ne plus courir seul), je relance l'idée auprès de la tendre et chère qui n'est pas emballée par l'idée. Puis je téléphone à la personne qui nous avait vendu Louve, je voulais savoir si sa chienne aurait une autre portée cette année. De toute évidence non. Mais il me rappelle que sa fille avait gardé une chienne de la portée de Louve mais qu'elle ne s'en occupait pas et que, si on était d'accord, on pouvait la récupérer. Nous n'étions pas très chauds car la chienne avait neuf mois, n'avait pas été éduquée et portait un nom qu'au téléphone, semblait bizarre. "Venez la voir, ça ne vous engagera à rien" disait le monsieur. On s'était fait à l'idée que si on la voyait, on la prendrait surement et c'est ce qui est arrivé.

Depuis, elle est chez nous, est très sociable (sauf avec le chat ce qui est TRÈS problématique), aime bien sa niche (youpi !), a le cœur solide (même si le véto m'a dit que l’emmener courir comme je l'ai fait puis marcher une journée complète n'était pas une bonne idée (trop jeune, ossature pas définitive)), ne se sauve plus (depuis que j'ai installé une clôture électrique sinon elle continuait à démonter le grillage). On a changé son nom de Faith en Taïga (rien à cirer des noms en J) et, comme Louve, vient avec moi au boulot (elle y dort beaucoup). Enfin, voilà deux photos de la belle.

La semaine dernière, nous l'avons stérilisé. Adieu le troupeau de chiots mignons et qui, pour certains avaient déjà trouvé preneur. Mais on ne cherche pas à faire commerce (enfin plus) de chiots qui sont toujours trop nombreux et puis les refuges sont déjà bien assez pleins. De plus, si on veut éviter d'avoir des soucis de santé (tumeurs au niveau des mamelles, des ovaires), il vaut mieux stériliser sa chienne avant les premières chaleurs. C'est désormais fait.

Voilà, vous savez tout.

J'embraye sur nos prochaines vacances : ce sera dans trois semaines, en pays Cathare. La dernière fois c'était Amsterdam et on a compris que la ville c'était pas pour nous et puis avec un chien...