Blog Orphanis.com

mardi 28 janvier 2014

Dimanche passion

J'ai acheté une petite caméra dite "Action Cam", pas la GoPro mais une petite Hama Daytour, pas chère et pas très qualitative mais fournie avec plein d'accessoires pour l'accrocher partout et pour aller filmer les poissons (par exemple).
Je m'en suis équipé le front et j'ai fait ma sortie exceptionnelle du dimanche (c'est rare que je cours le week-end, j'ai mes pauses de midi pour cela la semaine). Donc me voilà parti pour deux heures dans les bois, principalement sur chemins forestiers pentus et très (trop) longs. Je vous rapporte ceci dans ce petit film de 8.43 mn, pile le temps de ce chouette morceau de Rocky que j'aime beaucoup (les trompettes et le petit coté funky principalement) et j'ai toujours cette séquence où Rocky court dans les rues de Philadelphie, c'est motivant (sauf que je ne fais pas de boxe, plutôt des bisous).

Poussez en 720p pour la qualité, ça ce ne sera pas de trop mais pas en plein écran, c'est mauvais pour le cœur. Youtube a dégradé ma vidéo, pas exceptionnelle à la base, c'est dommage.

vendredi 10 janvier 2014

Eloge de la paresse

Quand je cours à midi, pendant ma pause au boulot, je prends peu ou prou toujours le même parcourt soit 8.4 km avec 3/4 de route (pas le choix : si les chemins sont fréquents ils sont souvent boueux, la route est plus "pratique" et elle me permet de faire une plus grande distance). Contrairement à mes sorties près de chez moi où je suis en forêt et où j'aime écouter ce qui y vit, la semaine je branche les écouteurs et j'écoute des podcasts. Ça me fait passer le coté monotone du parcourt et j'apprends des choses. En ce moment c'est "La tête au carré" (émission de France Inter) qui est à l'honneur. Si en presque une heure d'émission il y a en gros une demie heure dédiée au sujet, bien trop souvent (et comme d'habitude sur cette station) rien n'est approfondi, le thème est survolé et les réponses aux auditeurs ne sont pratiquement jamais vraiment données. Bref, je ne voulais pas critiquer l'émission à la base, j'y suis pourtant arrivé ;-) Si je ne suis pas content, il est préférable de suivre "La marche des sciences". En tout cas j'ai écouté avant hier le thème du jour qui était "Accélération de nos rythmes de vie" et qui disait en gros que tout va trop vite, que l'on nous impose d'être multi-tâches, de ne pas laisser place à l'ennui, à la lenteur auquel cas on passerai pour être marginaux, des "improductifs".

Ceux qui me connaissent savent bien que je ne suis pas un grand nerveux, je ne conduis pas très vite, je n'ai pas de répondant et mets plus de deux heures à pondre ce type de billet. Pourtant je suis (du verbe suivre) plusieurs personnes sur Twitter et prends le temps de survoler parfois 500 tweets en retard. J'ai pourtant la sensation d'aller trop vite, de trop vouloir en faire et le faire mal et surtout de ne plus vouloir "perdre" mon temps. Je suis déjà d'un autre temps pour les jeunes de vingt ans et pourtant j'essaie de me raccrocher aux wagons histoire de ne pas être trop vite largué (ça allait mieux quand j'étais plus jeune). Est-ce le début de la sagesse ? Je ne le pense pas. Il faudrait pour cela que je me débarrasse de mauvaises habitudes : avoir toujours l'esprit occupé, tenter de faire les choses bien (comme mon frère qui fait lentement mais bien) et surtout me laisser du temps pour la réflexion.
Il y a quelques années, je voulais faire une retraite de quelques jours dans un monastère, une abbaye. J'ai abandonné l'idée depuis que les enfants sont arrivés. Je retenterai dans dix ans. J'avais acheté un livre sur la méditation, il faudra que je le compulse à nouveau. C'est important de ne rien faire, c'est un luxe et pas un défaut. Tous les coureurs vous diront que pendant leur activité ils sont apaisés : le rythme quand il est assez lent et la sortie longue et monotone permettent un état presque méditatif comme la marche, la prière voire le travail à la chaîne. Difficile de dire qu'on ne fait rien que courir, on réfléchit, pense et parfois on peut rentrer dans une sorte de transe (comme les derviche tourneurs). Je n'en suis pas à ce niveau mais je pense que certains coureurs un peu extrêmes peuvent y arriver. Bien sûr tout cela ne peut se passer que hors compétition (d'ailleurs je fuirai toujours cela).
Enfin bon, tout ça pour dire que si les rythmes s’accélèrent, il est important de ne pas se faire avaler par ce système du toujours plus. J'ai la chance d'avoir un boulot où je suis seul et je m'organise comme je veux, ce qui me permet d'écrire, de lire et de ne rien faire (rassurez-vous, ce n'est pas toujours ainsi, il y a des périodes de pointe où je n'ai même pas le temps de manger à midi). Je ne dirait pas que j'ai un boulot parfait car c'est mal vu de ne pas se plaindre de son boulot, de son salaire (hé oui, qui ne s'en plaint pas ?). D'aucun me diront qu'il faut être ambitieux, chercher à monter. Ce n'est pas mon cas, je laisse aux autres le loisir de montrer qui a la plus grande ou qui pisse le plus loin. J'ai bien assez à faire à la maison et puis il y a une vie après me boulot et celle-là me plait plus. Je sais que je dis des banalités, je ne prends même pas le temps de faire un billet clair, je suis tellement lent que j'ai du mal à bien m'organiser. D'ailleurs si vous avez fait le lien entre le début et la fin du billet, vous noterez que je suis en contradiction avec moi-même. Je vous laisse me dire où.