J'avais écrit un article sur les FiveFingers de Vibram il y a sept mois. A l'époque, je ne les avais pas vraiment essayées. A présent je peux donner mon avis.

Je cours, parfois tous les jours mais avec le temps qui se rafraichit un peu moins souvent. Je le fais pour garder la forme, perdre un peu de poids et entretenir mon système cardio-vasculaire. Pour l'instant, je n'en tire pas trop de satisfaction, tout juste le plaisir d'avoir terminé une sortie. Parfois je suis vraiment content de ma course, particulièrement quand je sors en forêt et qu'à la fin d'une petite montée je me laisse aller à de grandes foulées à vive allure, là c'est le pied. Je marche aussi pas mal, quand le cœur va trop vite ou lors d'une montée un peu raide. Avec le temps, mon cœur s'habitue, se muscle, j'arrive progressivement à courir longtemps sans m'arrêter et ne pas me fatiguer trop. Quand je ne suis pas trop motivé, je repense à une phrase très juste (je ne sais plus qui l'a dite) : "On ne regrette jamais d'aller courir" et c'est très vrai.

Au boulot, j'ai une heure à midi où je peux courir. Je n'ai pas trop le choix, je me trouve près d'un village, presque au milieu des champs, je cours sur 3/4 de route et le reste sur des chemins. Pour ne pas me faire trop mal, j'utilise des chaussures classiques, avec une bonne semelle. C'est assez monotone alors j'écoute un podcast de "La marche des sciences" de France Culture ou de "La tête au carré" de France Inter. Petites sorties de huit à dix kilomètres, je dois m'adapter à ma période de fermeture de midi et comme je ne cours pas très vite...

Par contre, dès que je me rends sur le chantier de la maison (ha oui, il faudra que je mette à jour aussi...), je suis au milieu des bois, au pied des Vosges. Je me suis trouvé un petit parcourt 100% forestier, pas très long mais pas monotone et là je me chausse des FiveFingers (enfin j'y viens !).

Alors ces chaussures minimalistes je les adore, je ne les utilise pratiquement pour pour mes sorties en forêt et pourtant elles sont principalement prévues pour la route. C'est très agréable de parcourir les chemins avec cette sensation d'être pieds nus, de fouler l'herbe humide (ou carrément mouillée comme hier où suis sorti sous une pluie battante). Les chaussures sont toujours intactes malgré les ronces, des pierres et la boue. Si elles sont trop sales ou mouillées, hop un tour dans la machine à 40°C et elles sont comme neuves, elles sèchent aussi très vite. Concernant l'accroche et bien c'est bien plus folklorique : prévues pour la route, elles glissent très vite mais pieds nus, ça serait pareil. Je ne remplis pas les fourreaux à orteils (je les appelle comme ça), comme ils épousent un standard, ils ne sont pas adaptées à tout le monde : le gros orteil entre bien, les autres de 30 à 50% mais ce n'est pas grave ni gênant, ça ne procure aucune ampoule, on est bien moins enfermé que dans des chaussures classiques.

Concernant la semelle, j'y reviens, être minimal c'est bien mais il faut faire très attention où l'on court. Par deux fois j'ai marché sur des pierres un peu pointues en plein sur la plante du pied (la partie la moins protégée, celle que ne touche, à priori, pas le sol et c'est très douloureux, au point de repasser pendant presque quinze jours aux chaussures classiques (je n'aime pas du tout le terme "running"). Conséquence : on passe son temps à regarder le sol et chercher les passages les moins accidentogènes.

Autre particularité de ces minimalistes : des mollets en béton ! Avoir un "drop", une différence de hauteur entre les orteils et le talon, réduit à zéro, comme pieds nus donc, fait énormément plus travailler les jumeaux (les mollets quoi) car sur des chaussures classiques on a un drop de parfois un centimètre (le talon plus haut donc) et plus ce qui fait que les muscles se raccourcissent (je plains les femmes toujours en talon aiguille). Les minimalistes tirent sur les muscles et les font travailler plus (plus grand débattement), déjà que j'ai des mollets de campeur... Reste qu'après chaque sortie, j'ai de bonnes douleurs aux jambes, ça me fait plaisir, je vois que le travail paie !

Voilà, c'était juste un petit retour sur ces chaussures, ce qui se fait de plus naturel après les pieds nus. Pas de douleurs dans les jambes (ce qui m'est déjà arrivé avec une marque), une foulée juste, des appuis parfaits (le talon pose beaucoup moins) et malgré mon poids (environ 84 Kg) tout va très bien. Je vous les recommande. Si le temps le permet, un jour je sortirai pieds nus sur mon parcourt favori. Je vous tiendrai au courant.