Maintenant qu'on est couvert, on va faire en sorte de ne pas avoir trop chaud en été et pas trop froid en hiver. Pour cela trente centimètres de laine de bois. Avantage : freine la diffusion de la chaleur, naturel, non toxique. Inconvénients, le prix un peu plus élevé que les autres isolants. Reste que la pose n'est pas toujours commode car il faut tout découper au couteau, boxer fort dedans pour que ça rentre (surtout des blocs de vingt centimètres d'épaisseur). Notre fournisseur, Matériaux Naturels de Lorraine, nous ont aussi vendu des extensions de chevrons, bien plus pratiques que des rails car il suffit juste de bourrer la laine de bois entre eux. Mais quelques images seront bien plus parlantes.




Voilà ces extensions de chevrons : de simples planches de contreplaqué finies par un T où reposent l'isolant. Chevron = 10 cm, extension = 20 cm et du coup on est aux 30 cm réglementaires.

J'attaque le plafond, ce ne sera pas une partie de plaisir, heureusement, il commence à faire un peu plus chaud.

La partie Velux. Un peu plus compliquée, je ne la finirai vraiment que quand je poserai le placo.

La partie cheminée a un point particulier : pas de bois à moins de deux centimètres (conduit spécial sinon c'est six). Je pose alors de la laine de roche, incombustible.

Soucis d'humidité dans le conduit, très visible avec cette pluie qui ne nous laisse pas sortir. Je règlerai cela par la suite.

Allez, ça se termine.

Pose du pare-vapeur, ça habille tout de suite l'ensemble (et ça cache la misère !)





Et pour terminer et comme j'aime bien ça, voici deux timelapses de la pose de l'isolant.