Blog Orphanis.com

jeudi 25 avril 2013

Charpente

Enfin ! Le maçon a pu terminer les pignons et le charpentier l'a tout de suite suivi pour poser la charpente. C'est beau une charpente, charpentier c'est peut-être un métier qui m'aurait plu.

La ferme (la partie qui repose au sol sur le dernière photo) n'est pas au milieu de l'étage comme prévu (on aurait dû penser au mur porteur en dessous), du coup ça va modifier les pièces. Les tuiles sont arrivées aujourd'hui, l'isolant et le pare-pluie rigide mardi, la cheminée très prochainement. Je serai en congés pendant un mois et demi, ma partie va enfin commencer !

mercredi 17 avril 2013

L'homme (trop) pressé

Je n'ai jamais été bien nerveux, je préféré être comme Tonton : la force tranquille. Je ne dirai pas que je suis lent, enfin un peu quand même, comme j'ai depuis tout petit la tête dans les nuages ou comme disait ma maîtresse "dans la Lune", un peu comme mon fils maintenant, j'ai quand même gardé le cerf-volant (le jeu de mots est évident).

Plus le temps passe, plus je ralentis, enfin pas tout, surtout ce qui brûle : l'actualité, la société, le monde hyper-connecté. J'ai la fâcheuse tendance à vouloir ne pas perdre de temps pour m'acheter le bidule qui me plaît, en ce moment c'est mon téléphone qui traîne la patte et je pense le changer mais pas par le dernier en date, plutôt une occasion. Pourtant, ça va encore trop vite, il faut que je freine cette envie un peu dictée par le monde de la high-tech (vous avez bien vu que je me suis acheté un Nike+ fuelband).

J'ai cessé de regardé la télé quand les enfants sont nés, nous avons profité d'un déménagement pour "oublier" la télé dans le garage. Ce fut salvateur. Nous passons plus de temps avec les enfants (que nos voisins par exemple où la télé est allumée du matin au soir) et nous sommes moins soumis à l'actualité brûlante (et angoissante) des JT et ce n'est pas plus mal. Je lis quand même la presse écrite sur Internet pour me tenir au courant mais je me dis aussi que rien, rien ne nécessite de tout savoir à l'heure H. Un ministre a fraudé ? D'accord, ce n'est pas bien, on passe à autre chose. Une explosion à Boston ? C'est terrible et triste mais je ne vais pas angoisser ou paniquer pour cela. Rien ne m'oblige à tout savoir illico presto surtout que les commentaires des journalistes (qui ont parfois bien peu de mémoire) sont souvent inappropriés, c'est le direct, on accuse sans trop être sûr et sans avoir le temps de vérifier l'info. Alors j'attends, ou pas, que la "vérité" soit faite et elle peut mettre dix ans à se révéler. Ça tombe bien, je ne suis pas à cinq minutes près.

J'ai commencé à courir l'année dernière. Trop motivé ou trop pressé, j'y suis allé "à mon rythme", pensant que mon corps se fixerait lui-même ses limites. Le début fût laborieux puis c'est allé de mieux en mieux sans jamais être facile ou même plaisant. Qu'importe, il fallait que je bouge mon corps avant de dépasser un poids critique ou que mes artères ne se bouchent par manque d'activité, j'ai encore envie de vivre un peu ! Au début, je courrais 5 km, peu à peu j'améliorais ma vitesse puis j'ai commencé à faire 8 puis 10 km, beaucoup moins facilement. Entretemps, j'ai retrouvé mon cardio-fréquencemètre. Il m'indiquait environ 186 de moyenne avec des pointes à 195. A quarante ans c'est beaucoup trop, d'ailleurs j'étais très (trop) fatigué à la fin de la séance. Dernièrement, j'ai ralenti, perdant moins d'un kilomètre heure (de 9.8 à 9.2) pour ne pas dépasser le 180 de pulsations moyennes. J'arrive régulièrement à 178 avec des pointes à 183 mais je me sens plus frais à la fin de la course. Hélas, ma sœur qui est une vraie coureuse de fond, m'a convaincu que c'était encore beaucoup trop. Si vous êtes comme moi coureurs débutants, allez-y doucement, très doucement. Sur ordre de la ma sœur, je vais encore ralentir pour ne pas dépasser... 150. Autant dire marcher vite et/ou courir tout doucement. Les résultats arriveront dans 3/4 mois à ce rythme. J'espère. Encore une fois, j'étais trop pressé, tout me pousse à baisser la voilure pour éviter de tout casser.

Je pense que j'ai été pas mal influencé par la philosophie bouddhiste. J'ai regardé un film il a un bon moment, "Little Bouddha" qui m'a fait chavirer et particulièrement une scène au bord de l'eau ou Siddhartha comprend que la bonne voie est celle du milieu (je vous invite bien entendu à regarder ce très beau film). J'ai par la suite cherché à me renseigner sur ce sujet et depuis là je temporise. Je suis encore trop nerveux et trop embrouillé, je cherche le calme intérieur que je n'arrive toujours pas à trouver. Peut-être arrivera-t-il avec l'âge ?