Blog Orphanis.com

mardi 31 mars 2009

Autremonde (MAJ)

Hourra ! Le ciel m'a entendu !

Suite à cette note qui a fait trembler sur ses bases la maison Pocket, je viens de recevoir un mail concernant la suite de la saga, jamais publiée en français :

"Bonjour,

Merci pour votre mail. Le volume 7 de la série Autremonde 'Le Chant des spectres' paraîtra en grand format au Fleuve Noir en septembre 2009 puis chez Pocket en 2010. Le volume 8 est prévu en mars 2010. (La série avait été arrêtée par l'éditeur d'origine). Bien cordialement BL "

A ben ça, pour une bonne nouvelle, c'est une bonne nouvelle ! Je vous invite donc à lire cette excellente série. Si vous lisez assez lentement (comme moi), en vous y mettant tranquillement aujourd'hui, vous arriverez pile-poil en septembre pour le septième volume.

J'ai hâte !

samedi 28 mars 2009

Pétition contre le déterrage de blaireaux en Haute-Marne le 27 juin prochain

Je reprends ici un article du site CPEPESC concernant ces salopards de chasseurs "amis de la nature et de l'environnement".

"Les amateurs de plaisirs sadiques, aiment le silence et la dissimulation sur leurs turpitudes barbares qui heurtent les consciences de leurs concitoyens civilisés.

Le clientélisme politique à érigé en contravention le fait d’entraver ce genre de « chasse » injustifiée, conduite à la pioche et avec des pinces métallique, mais il reste encore au citoyen la possibilité d’exprimer publiquement sa désapprobation : Vous pouvez manifester votre opposition au déterrage des blaireaux

En signant la pétition qui sera jointe à la lettre qui suit initiée par la LPO Champagne-Ardenne et l’association Nature Haute-Marne :

« Monsieur le préfet de Haute-Marne

Malgré les protestations que nous n’avions pas manquées de proférer l’an dernier dans pareilles circonstances, la fédération des chasseurs de la Haute-Marne renouvelle le 27 juin prochain sa journée départementale de déterrage.

Cette opération particulièrement traumatisante pour les animaux, consiste à acculer un blaireau au fond de son terrier à l’aide de chiens, puis à creuser une tranchée avec des pelles ou autres outils de terrassement, pour le saisir après plusieurs heures d’acharnement à l’aide de pinces métalliques. Nous nous insurgeons que de telles pratiques existent encore à l’heure du Grenelle de l’Environnement et alors même que la France s’est fortement engagée pour le maintien de la biodiversité.

En effet, s’il est encore chassé en France, le blaireau ne fait pourtant plus partie de la liste des espèces nuisibles depuis 1988. Dans de nombreux pays européens ( Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie, Irlande, Grèce, Grande-Bretagne, Luxembourg…) il bénéficie du statut d’espèce protégée dans la mesure où il est considéré comme indicateur de biodiversité et du bon fonctionnement de grands ensembles paysagers. Il facilite la régénération et la dispersion de certaines graines. Il participe sans doute à la régulation de pullulation de rongeurs en forêt. Espèce patrimoniale fragile, elle est référencée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature parmi les espèces à surveiller. Nous nous étonnons donc de la tenue d’une telle journée en pleine période de reproduction. En outre, la destruction des terriers impacte également sur d’autres espèces ( chat forestier, chauves-souris, amphibiens…) qui profitent également de ces abris lorsqu’ils sont abandonnés par leurs premiers occupants.

Notamment accusé de véhiculer l’échinococcose, le renard est également concerné par ce type de chasse. Il est pourtant loin d’être prouvé que l’éradication du renard ferait disparaître ou même diminuer la fréquence de cette maladie qui peut être contractée par l’homme et avoir des conséquences graves ( une dizaine de décès par an ). On peut avancer, sans grand risque, que cette éradication dans notre région, aurait pour conséquence un appel à l’arrivée des renards contaminés venus d’Europe Centrale (notamment de Suisse, d’Autriche et d’Allemagne où se trouve le foyer de la maladie) qui occuperaient la niche écologique ainsi laissée vacante. D’autre part, le renard joue lui aussi un rôle indéniable dans la régulation des populations de rongeurs puisque chaque individu en consomme plusieurs milliers par an. Sans cette prédation, il est à craindre que les populations de rongeurs et notamment des campagnols viendraient à exploser. Or ces petits mammifères sont également des vecteurs importants de cette maladie qui verrait alors son aire de propagation s’étendre davantage.

Rien ne justifiant donc une telle opération, nous vous demandons donc de l’interdire considérant qu’elle va nuire à la faune sauvage en perturbant un nombre important d’animaux et en détruisant leurs terriers.

En vous remerciant par avance et avec nos salutations les plus distinguées".

Lien pour signer la pétition :

http://www.lapetition.be/en-ligne/non-la-journe-de-dterrage-du-blaireau-en-haute-marne-3940.html

mardi 24 mars 2009

Sur ma table de chevet

Je fais suite à un billet de Dieudeschats, de manière officieuse concernant la lecture que l'on a en ce moment. Ça me donne une bonne occasion d'ajouter un billet sur mon blog vu que je ne sais pas trop quoi raconter en ce moment. Je n'ai pas de fabuleux trésor de guerre comme Thierry, ni de talent particulier alors je profite d'une bonne occasion pour poster des nouvelles.

Donc, en ce moment je lis ceci :

Ce livre me vient de Bob le bricoleur qui laisse parfois des commentaires ici, il ne me le prête pas mais le laisse à la communauté par Bookcrossing c'est à dire qu'il dépose des livres un peu n'importe où afin que des gens les ramassent, les lisent et les redépossent à leur tour. Sur le bouquin, une étiquette mentionne tout cela et si on le trouve, on peut dire que le livre est "capturé" et/ou "relâché". Certains ouvrages ont ainsi fait le tour du monde comme "Der seltsame Bücherfreund" qui est passé par pas mal de coins dans le monde. Évidement, rares sont les livres à avoir une vie nomade aussi longue, certains sont capturés et finissent dans une bibliothèque mais cela fait aussi partie du jeu. Regardez près de chez vous, un livre a peut-être été relâché... Enfin, tout ce blabla pour dire que, finalement, je n'ai lu que quelques chapitres des Tommyknockers donc je ne peux en faire aucun commentaire pour l'instant, à part qu'il me semble intéressant...

Juste avant ce livre, Bob le Bricoleur (ou Gymnase Bob, c'est le même trublion) m'avait donné ce livre :

Malgré les avis unanimes béatifiants ce livre, je suis resté sur ma faim. Je l'ai lu vite, il est prenant, déprimant mais ne donne aucune réponse aux questions que l'on se pose (désolé de dévoiler cela). En gros, c'est la vie d'un homme et son fils (nommés juste "l'homme" et "le fils" dans le livre) qui tentent de survivre dans un pays inconnu (même si on le devine) après une catastrophe inconnue qui a ravagé le pays (voire le monde). C'est la loi du plus fort et de la chance car il ne reste rien que des cendres, rien de vivant à part des pauvres ères parfois cannibales. Dommage que ça rappelle tellement "Ravage" de Barjavel (enfin, juste un morceau de Ravage), qui reste pour moi une référence.

Pour finir, je lis ceci :

Un bouquin plus technique qui se concentre sur Joomla! et la fabrication de sites Web en CMS.

Voilà, c'est tout, je ne passe pas le relai à qui que se soit, à part, s'ils le veulent bien, à Thierry le dessinateur et Stéphanie.

lundi 16 mars 2009

Nuisible

La semaine dernière, j'ai reçu un mail de la LPO (je suis adhérent) contenant un article de l'Est Républicain, celui-ci a eu le bon goût de m'énerver une fois de plus. Le voilà :

Cet article m'a fait penser à une planche de mon vieux dictionnaire Larousse des années 70 où étaient représentés les animaux nuisibles. Quand j'étais petit, je croyais donc que la guêpe, le frelon, la mouche, la buse, le faucon, le castor étaient des animaux dont il fallait se débarrasser, les supprimer de la surface de la planète car ils empêchaient l'épanouissement des autres espèces. Le terme "parasite" aurait alors mieux collé à ces satanées bestioles. En grandissant, j'ai compris (d'ailleurs de plus en plus) que ces animaux existaient pour la plupart bien avant l'Homme, s'étaient intégrées à leur milieu et formaient un maillon indiscutable de leur écosystème. A présent, je sais bien que ces bêtes ne sont nuisibles qu'à l'Homme, enfin à l'homme qui vise la rentabilité maximale, qui ne cherche qu'à éliminer la concurrence. C'est ainsi que l'on protège ses arbres fruitiers des vilains passereaux, qu'on bazarde du poison sur les cultures, qu'on enfume les renards car ils sont toujours trop nombreux (mais pas parce qu'ils mangent les petits lapins que les chasseurs n'auront pas). J'ai l'air un peu niai à mon âge de préférer les animaux aux hommes mais je suis toujours révolté de voir ce qu'on leur fait subir alors qu'ils ne se contentent que de vivre (et pas d'être dominés comme le prétend certaines religions). Les chasseurs et les paysans sont déjà parvenus à éliminer tous les loups de France (sauf dans des coins reculés) mais se plaignent de la surabondance de sangliers qui détruisent les cultures, ils se plaignent aussi des rares ours que l'on tente de réintroduire dans les massifs. Je ne parlerai pas des lynx dans le Jura et les Vosges qui font accessoirement un joli trophée au dessus de la cheminée. Si le plaisir de ces crétins est de tuer, qu'ils le fassent entre eux, ça sera plus propre.

Qu'il est fier ce courageux homme moderne...


Bref, comme je me le répète toujours, si l'on prend la planète dans son entier, le seul animal nuisible qui existe est bien entendu l'Homme et j'invite tous les animaux à l'éradiquer purement et simplement ou (pour être gentil) à le faire redescendre de son piédestal ridicule de roi du monde avant qu'il n'en reste rien (hélas, cela restera un vœux pieux...).

Allez, tirez maintenant, vous rendrez service à tout le monde.


Pour devenir aussi ridiculement idéaliste que moi, je vous invite à (re)lire Ravage de Barjavel mais en veillant bien à stopper votre lecture quelques pages avant la fin (car je la trouve un peu trop "dérangeante").

lundi 2 mars 2009

Londres la curieuse

Il n'y a pas que des beaux monuments à Londres...

Suite...