Je crois que ça fait bien longtemps que je n'en avais pas parlé (depuis mon ancien blog je crois), mais il existe une sorte de jeu que l'on pratique avec son GPS : le geocaching. Le principe est simple : un gars planque dans une boîte étanche de menus objets ainsi qu'un calepin pour référencer les trouveurs. Il relève les coordonnées de longitude et latitude avec son GPS et référence le tout sur un site (pour la France, c'est le site Geocaching-france.com qu'il faut aller voir). On peut ensuite, en tant que chercheur, retrouver la cache (parfois dure à trouver car cachée des éventuels passants), se référencer dans le calepin et ajouter une bricole, ça fait partie du jeu. Pour compléter le tout, on s'enregistre sur le site pour étoffer son palmarès.

Pour jouer, c'est simple, il faut un GPS, télécharger des POI des caches en question, (des point d'intérêts dans tom-tom ou tout autre logiciel de navigation) et se lancer à la recherche des petites boîtes. Ça n'a strictement aucun intérêt en soi à part faire marcher son GPS mais ça permet de faire connaître des coins sympas, en forêt ou des lieux-dits remarquables. A ce petit jeu, les allemands et les anglo-saxons sont très forts et c'est parfois marrant de voir que la France est bien plus visitée par les étrangers que pas les français eux-mêmes...

Donc, après ce petit topo, je vais vous faire découvrir trois sites que j'ai trouvé récemment. Mais juste avant ça, permettez-moi de vous présenter mon téléphone multifonctions que j'ai eu pour pas cher (59€) via mon opérateur. Il s'agit du HTC Touch Cruise.

J'ai mis ma fibre écolo en berne quelques instants, le temps d'acheter ce truc que je n'avais pas besoin sauf pour alimenter mon coté geek. En effet, j'avais déjà un téléphone et un GPS mais un seul appareil dans la poche, c'est plus pratique, surtout que celui-ci permet d'en faire plus, vous verrez pourquoi plus bas.

Revenons-en à nos moutons : j'ai recherché, près de Morhange, en Moselle, une cache que j'ai rapidement trouvée, la voilà.

Pas très difficile à trouver car juste au pied d'un arbre coupé.


Bien emballé, on trouve des papiers en anglais...


...et en français. En vérité, cette cache n'était pas très intéressante


La cache est surtout là pour le site de l'étang de la Mutche, seule particularité de cette région triste et désolée, abandonnée de dieu et des hommes...


Alors maintenant, voilà le second effet kiss-cool : mon téléphone permet de geotagger les photos : il inclut dans le fichier d'information de la photo les coordonnées GPS de la prise de vue. Ensuite, par un logiciel comme Locr GPS Photo, on peut visualiser sur une carte de Google Maps, l'endroit précis de la prise de vue. Ça peut sembler un peu débile car d'ordinaire on sait où l'on prend des photos mais ça peut servir en pleine nature, principalement sur des sites introuvables en randonnée. Par exemple, lors de mes dernières vacances (ha oui tient, je ne vous ai pas encore raconté...), avec Nekibo nous sommes allés à pied à l'observatoire du Mont Chiran, dans le Verdon. Et bien j'ai voulu retrouver sur Google Earth le site pour ajouter des photos (via Panomario) et bien ça n'a pas été facile (vous pouvez les retrouver ici).

Avec Locr, il suffit de cliquer sur l'image pour trouver où a été prise la photo.


Là c'est clair, c'est juste à coté de l'étang.


Bref, grâce au geotagging, c'est très facile de savoir où exactement a été prise une photo.

Seconde cache, au Pays des Trois Frontières où l'on peut trouver la planque nommée GCJTKH

Près de chez mes parents, la cache n'est pas très difficile à trouver.


Un gros tas de cailloux à coté d'un chemin, hum...


Une boîte de munitions, souvenir des américains ?


Bien emballé, on trouve tout un tas de choses...


Chacun y laisse son obole, parfois c'est n'importe quoi.


Mais le plus intéressant, c'est les carnets où sont compilés tous les trouveurs.


Certains sont de véritables passionnés.


Faut dire que le site est très joli, ça mérite de faire un détour quand on se promène dans le coin. Je ne vous fournirai pas de photo du panorama vu que le jour où je m'y suis rendu il y avait pas mal de brume (on est en Moselle, ne l'oublions pas).

Plus bas, dans Sierck lès Bains, une autre cache était planquée tout près de ce lieu devenu célèbre depuis qu'une baignoire a laissé échapper de l'eau qui a imbibé le béton de ce mur. Dans les premiers temps, comme prévu, des illuminés ont vu le Christ et des bus emplis de curieux sont venus voir cette sorte de visage. Aujourd'hui, comme aucun miracle n'a eu lieu, le Christ n'a plus personne à regarder mais ça reste une curiosité.


Là, j'avoue ne pas avoir trouvé la cache qui est toute petite selon le site (faut dire qu'au milieu du village...).

Voilà pour ces quelques cachettes. Avec un peu de chance, vous prendrez vous aussi goût à ce jeu, surtout si vous êtes en vacances dans un lieu truffé de caches.