Blog Orphanis.com

mardi 26 février 2008

Une chose que vous ne savez pas sur moi

6 - Je faisais des crêpes dans la salle de classe.

Quand j'étais en première, c'était un peu le Club Med. Bien sûr, il fallait travailler un minimum mais les cours étaient faits de telle façon que c'était les professeurs qui se déplaçaient toutes les heures et pas les élèves. Du coup, nous avions des casiers en fond de classe pour ranger nos affaires et comme j'étais au dernier rang, près du radiateur et de la fenêtre, j'avais facilement accès aux casiers. Facile alors de planquer dans mon casier un camping gaz, des ustensiles piqués en cuisine et des ingrédients bien utiles pour faire des crêpes. C'est aussi ça qui est bien avec l'internat : on reste dans sa salle de classe très tard, pour étudier ou faire la cuisine. Je crois que tous les amis que j'avais à l'époque se souviennent, à présent, surtout de mes crêpes !

lundi 25 février 2008

Deux choses que vous ne savez pas sur moi

5 - J'ai failli être militaire.

Quand j'avais, disons 10 ans, près du terrain de football de mon village, des militaires faisaient des manoeuvres. Pour aller voir ça de plus près, j'ai demandé à ma mère de me trouver le béret que mon frère avait quand il avait fait son service. Quand je suis arrivé près des bidasses, j'ai mis mon beau béret et j'ai salué tous les appellés que je voyais. J'étais super fier. Maintenant ça me fait sourire. Je ne peux plus voir ces ~"&?;{´# d'uniformes sans les maudire. J'ai fait trois semaines d'armée avant de revenir dans ma famille mais le peu que j'en ai vu a suffit pour me convaincre qu'être militaire, c'est pour les imbéciles. Mon neveu part cette semaine faire une préparation militaire, il a 16 ans et je l'ai prévenu que si je le croiserai dans la rue quand il sera effectivement devenu militaire, je le renierai. Il fait partie de ces jeunes crétinisés par la télé, World of Warcraft et le "prestige" du GIGN. L'armée c'est beau, c'est des opérations super sympas avec des copains pour la vie, c'est appuyer sur un bouton et voir un misille atteindre sa cible à mille kilomètres de là, c'est propre quoi.

mercredi 20 février 2008

Trois choses que vous ne savez pas sur moi

4 - J'étais champion de boxe française

Quand j'étais au lycée, le mercredi après-midi je pratiquais la boxe française, boxe pieds-poings. On était que deux à suive les cours de notre prof et j'étais assez fort à ce petit jeu. Du coup, deux années de suite j'ai participé à des championnats scolaires et j'ai gagné (mon collègue aussi). Contrairement aux compétitions, genre qui passent à la télé, au niveau scolaire on ne porte pas les coups, on touche juste l'adversaire et on marque des points. Mon prof m'a donc dit qu'un petit coup de poing un peu fort suffisait à "calmer" l'adversaire et parfois ça marchait ! Enfin, le dernier combattant que j'ai affronté, je me souviens que c'était un gars bien plus costaud que moi et je suis très content de l'avoir battu, on se faisait aussi un peu plus mal (on commençait à se porter les coups).

Je regrette d'avoir arrêté cette pratique, je suis pourtant bien content d'avoir connu un prof qui nous enseignait des activités autres que volley ou course à pied.

mardi 19 février 2008

Quatre choses que vous ne savez pas sur moi

3 - Le cadavre sur la Moselle

Quand j'avais 15-16 ans, je m'amusais à pêcher sur la Moselle. Un jour, au crépuscule, j'ai vu un truc bizarre qui flottait. Je ne saurais dire ce que c'était mais ça ressemblait à un cadavre décomposé depuis longtemps qui devait se faire dévorer par plein de micro-organismes, vu sa couleur blanc-vert. Aujourd'hui, je me demande si je n'ai pas rêvé ou si je n'ai pas fabulé. En tout cas, je n'étais pas fier, je tremblais comme une feuille et je n'ai rien dit à mes parents (c'est bête, ils ne peuvent donc pas me dire si le jour même j'ai bien vu ce "truc").

dimanche 17 février 2008

Cinq choses que vous ne savez pas sur moi

2 - J'ai sauvé un chat prisonnier d'une boîte de conserve.

Il y a deux ans, à l'entrée d'un village, je vois un chat dont la tête a été remplacée par une boîte de conserve. Il était perdu au milieu de la route et n'importe qui aurait pu l'écraser, certains n'auraient pas hésité

Alors, je m'arrête, j'observe le gourmand félin (c'était une boîte de pâté pour chats) mais ne peut le toucher, les chats sont extrêmement forts et agressifs quand ils sont sauvages ou en danger. Je tente alors de coincer la boîte avec des morceaux de bois et laisse tirer la bête pour se dégager mais rien n'y fait. Du coup l'animal se traîne et se cogne partout (c'est dramatique mais aussi très rigolo). Il atterrit dans un ruisseau, halète en buvant un peu la tasse, il n'a pas d'air. Alors, je prends mon couteau, coince la boîte de conserve et fais un trou dedans tout en tentant de ne pas toucher la tête. Ça va mieux, j'entends l'air entrer et le chat respirer, on peu recommencer à le dégager.

Après moult efforts pour coincer la boîte, je vois enfin les oreilles de l'animal apparaître et juste après sa tête. Il est épuisé, hagard et il reste couché sur le flanc pendant un bon moment. Comme je ne veux pas le stresser par ma présence, je le salue et reprends ma voiture pour rentrer chez moi.

samedi 16 février 2008

Six choses que vous ne savez pas sur moi

Suite à mon repêchage chez Dieudeschats, je vous soumets à mon tour six choses que vous ne savez pas sur moi. Comme j'ai décidé de le faire par dessins interposés (très bon exercice, surtout à l'aquarelle comme ici), j'en donnerai un épisode par jour, si possible.

1 - J'étais pyromane.

Quand j'avais, disons, dix ans, j'aimais mettre le feu à l'herbe séche et la voir brûler. Malheureusement, un beau jour j'ai pratiqué mon activité favorite mais sans compter sur le vent qui m'a empêché de maîtriser cette combustion. Du coup, comme j'ai paniqué un peu, j'ai pris ma veste toute neuve et j'ai tapé sur les flammes jusqu'à ce qu'il ne reste rien qui brûle. Hélas, comme il y avait de la moumoute à l'intérieur, tout à cramé et j'ai planqué la veste tant que j'ai pu... jusqu'au jour où ma mère à mis la main dessus... avant de me donner la correction que je méritais. Du coup, après cette mésaventure, je me suis bien calmé !

jeudi 14 février 2008

Re-crayonnés

Comme je me suis un peu plus appliqué, je remets une couche de dessins et pour ceux et celles (suivez mon regard) qui n'aiment pas les petits félins, j'ai aussi dessiné un chien (saurez-vous le reconnaître ?).


lundi 11 février 2008

Crayonnés

J'ai acheté ce livre dernièrement, il permet de décomposer les dessins pour mieux représenter les animaux. C'est très bien fait et je m'entraine à suivre le guide. Ce n'est pas toujours facile mais avec du travail et la répétition, je pourrais sans doute dessiner les animaux sans livre ni photo. En attendant, ça donne ceci (j'ai commencé par des chats, pour faire plaisir aux orphanautes ;-) :

J'ai encore pas mal de progrès à faire...

jeudi 7 février 2008

Travail du bois

Depuis quelques semaines, je travaille souvent à l'atelier menuiserie de mon établissement scolaire. Pas pour former les élèves mais pour me former aux techniques et travaux du bois. C'est très vaste, très interessant et le bois est un matériaux très maléable à qui on peut tout demander (ou presque). Du coup, je m'y adonne souvent et passe moins de temps dans mon bureau pour m'ocupper d'informatique ou pour dessiner. En consèquence, mon blog pâtit un peu de ces absences mais j'essaie néamoins de le nourrir.

Au moins de juin, je passerai le CAP, c'est ouvert à tous, pratiquement gratuit et ça fera une corde en plus à mon arc. Si ça se trouve, je finirai pas ne plus m'occuper d'informatique, d'ailleurs, comme je l'ai dit dans mes anciens billets et , je commence à devenir technophobe.

lundi 4 février 2008

Sweeney Todd

Pas de longue litanie à propos de ce film que j'ai vu hier. Inhabituel pour un Tim Burton, ce film sanglant et très chantant se passe aussi du compositeur fétiche de Tim à savoir Dany Elfmann. Du coup, on est un peu débousollé face à Johnny Deep ressemblant à Cruella (je crois qu'elle s'appelle comme ça) dans les "101 dalmaciens" avec sa mèche grise, ce sang et ses cous tranchés bien nets. Franchement, je ne saurais vous conseiller d'aller voir ce film un peu atypique et cannibale. Pourtant, rien n'est à jeter et surtout pas le changement de cap de Tim Burton qui tranche avec les contes merveilleux. On sort de la salle pas très bien à l'aise mais on ne regrette pas vraiment d'y être entré.

Ma note :