Passages incontournables de Paris : ses momuments et ses petits coins tranquilles (oui, il y en a) que nous avons vu, parfois par hasard.

La Tour Effel, que l'on a beaucoup de mal à ne pas voir.


En dessous c'est noir de monde, heureusement que nous ne voulions pas y monter. Il y a aussi pas mal de militaires dans le cadre du plan Vigipirate.


La Tour penche un peu et tout indique que la route passe dessous.


Les Invalides, au bout de la route.


J'aime bien ces colonnes, le mélange vert/or est très joli.


On ne présente pas plus l'obélisque, toujours aussi beau malgré la pollution.


LA photo de touriste : l'obélisque et l'arc de triomphe.


La cathédrale Zutjaioubliélenom devant les Halles.


La tête de Jesaispasqui devant la cathédrale Zutjaioubliélenom.


L'entrée du parc avec ses beaux éléphants à côté de la cathédrale, on a parfois du mal à croire que l'on est à Paris.


Les Halles.


L'entrée des Bains Turcs, à côté du muséum d'histoire naturelle. Vu aussi tout récemment dans "La grande vadrouille", ça n'a pas changé.


Si ce n'est pas la grande mosquée de Paris, corrigez-moi (mais pas trop fort ni sur la tête siouplait).


Les arènes de Paris.


Les arènes sont un coin tranquille pour se reposer ou lire.


Marrant ces alcôves. Sans doute la meilleure place pour voir les combats de gladiateurs.


C'est de cet endroit que descendaient les combattants (derrière moi, curieusement, il y a une maternelle).


Justement, voilà les gladiateuses, va y avoir du sang les amis !


On arrive au lieu fétiche des fans de Patricckkk !


Je suis toujours admiratif de ce bel ouvrage.


Allez hop, j'en remets une couche. Ben quoi, si ça m'amuse ? Pis c'est mon blog après tout !


Nous y voilà, place des Grands Hommes.


Nous avons beaucoup marché, nos pieds s'en souviendront longtemps mais c'est bien plus agréable de crapahuter en montagne et de photographier des papillons et des cailloux tous mignons mais c'est en allant à Paris qu'on aime encore plus la campagne, son calme, sa propreté et la place que l'on dispose. Tient, je vais me coucher sur le gazon moi et écouter les p'tits oiseaux.