Après avoir voulu voir l'observatoire de Paris qu'on ne visite pas sans être inscrit trois semaines à l'avance. Nous avons crapahuté jusqu'au museum d'histoire naturelle (à pied, ça fait loin) pour voir la grande galerie de l'évolution que je n'avais jusqu'alors jamais vue (contrairement au musée paléothologique).

Petite surprise : nous nous attendions à voir des ossements, des dinosaures mais il n'y avait que des espèces actuelles, le plus souvent naturalisées sur quatre niveaux, remplis de gamins qui braillaient (dernier jour d'école avant les vacances de Pâque pour les petits parisiens).

Rez-de-chausée, les océans avec ici un narval avec sa dent démesurée.


Premier étage : un long ruban d'animaux d'Afrique.


La hyène s'embête un peu, entourée de toute cette nourriture.


Le premier étage flotte un peu et il y a beaucoup d'espace vide au-dessus.


Pas facile à prendre en photo, sans flash et sans pied : une tigresse attaquait jadis un pourvoyeur français de fauves.


On la voit un peu mieux ainsi. L'animal a été abattu et naturalisé dans une scène d'attaque. J'aurai préféré qu'on abatte les humains plutôt que les animaux.


Un petit exemple de chasse par le tigre. Brr, ça fait froid dans le dos et c'est très impressionnant !


Une autre vue de la galerie des animaux d'Afrique.


Les grands singes.


J'aurai dû prendre plus de photos mais l'endroit, très sombre, ne s'y prêtait pas trop, surtout que je ne voulais pas utiliser le flash. Sur le pourtour des étages étaient disposés de nombreux animaux naturalisés, insectes, poissons ou animaux à carapace. Il y a aussi une salle dédiée au animaux disparus ou sur le point de l'être. Salle très très sombre où l'on découvre le lion de l'Atlas, le dodo, le gorille des montagnes qui va bientôt disparaître. L'humain est bien la seule espèce nuisible de la planète.

Quoi qu'il en soit, cette grande galerie de l'évolution porte bien mal son nom car on ne voit pas d'évolution mais juste une photographie des espèces actuellement présentes ou disparues depuis peu. Pas ou très peu de "cette espèce là a évolué en ça puis en ça et ainsi de suite". Un peu dommage. C'est un peu comme aller au zoo mais ne voir que des cadavres. A voir quand même.