Blog Orphanis.com

samedi 30 décembre 2006

The Fountain

Aujourd'hui, un grand film expliqué rien que pour vous...

Suite...

samedi 23 décembre 2006

Vacances

C'est les vacances, c'est aussi l'occasion d'aller voir la famille et la belle-famille donc pas de notes pendant quelques jours.

Ne vous étouffez pas de dinde aux marrons et si vous ne savez pas quoi faire de vos sous, profitez-en pour en donner à des organismes qui en ont bien besoin en cette période, tout le monde sera heureux ainsi clindoeil2 .

A très bientôt !

jeudi 21 décembre 2006

L'avenir me fait (parfois) peur.

On a beau être à quelques jours de noël, les actualités continuent à m'inquièter. Tout dernièrement encore, dans l'émission "Les Années Lumière ", il était mentionné que l'arctique n'existerait plus d'ici une trentaine d'année, au rythme où le CO2 est rejetté dans l'athmosphère. Suite à cela, notons aussi la disparition de la faune océanique d'ici quarante ans ou le manque en eau que devront resoudre nos enfants. Je pourrais faire ici une liste de plusieurs dizaines de pages sur toutes les catastrophes dont l'Homme est la cause.

Alors, j'ai un peu de mal à voir l'avenir en rose car bien souvent il me fait peur. On a beau se voiler la face, le pire est à venir (j'espère pourtant que non).

Si je reste caché, immobile, peut-être survivrais-je encore un peu...

(D'après Boulet)

mercredi 20 décembre 2006

Le retour des horribles pères Noël

Tremblez, tremblez car ils sont de retour les pères Noël de l'année dernière. foufou

Cette année, ils sont trois, les deux autres gars nous présentent donc leur rejettont... qu'ils feraient bien de rejetter. Enfin, je dis cela mais s'ils ne sont pas très beaux, au moins ils détonnent un peu des maisons illuminées et grandes consommatrices d'énergie (le propriétaire de ces bidulles à au moins l'intelligence de couper la lumière de 22h à 7h du matin, contrairement à pratiquement tous les autres pascontent ).

"Approchez les petits enfants, on va vous faire de beaux cadôs et vous manger ensuite !" (à prononcer avec une voix caverneuse) satdevil

lundi 18 décembre 2006

Babel

Babel est un film où des aventures individuelles se croisent, comme dans "Il y a des jours... et des lunes" de Lelouch, "Trafic" de Soderbergh ou "Magnolia" de Paul Thomas Anderson. Ici, quatre aventures en un seul long métrage résument ce que l'on appelle "l'effet papillon" où un fusil vendu à un berger entraîne des conséquences mondiales (Japon puis Maroc et Etats Unis) d'où le nom de Babel.

Donc quatre films en un : un couple sur le déclin cherche à se retrouver dans un voyage organisé au Maroc, les enfants de ce couple bringeballés au mexique par la gouvernante puis leur retour très mouvementé au pays, deux enfants marocains s'amusant à tirer sur des chacals et sur un bus et une adolescente japonaise sourde et muette en pleine crise d'identité. Toutes ces histoires sont mouvementées et influent plus ou moins les unes sur les autres et on se demande parfois quels rapports elles ont entre elles (on se demande longtemps en quoi l'adolecente joue un rôle dans le film).

Le film est très bon même si prévisible parfois. On redoute toujours le pire et le scénario reserve des surprises. Il n'y a rien de franchement surprenant et quelques passages relèvent certaines craintes actuelles (peur du terrorisme, journalistes et gouvernements complétements hors propos, violence de certaines autorités vis à vis des étrangers ou de leurs propres concitoyens). De ce fait, chaque partie nous montre un aspect de la bêtise des gens ou des problèmes actuels. Par exemple, la japonaise seule et perdue dans ce monde qu'elle n'entends pas et rejetée par les autres dans une ville avec tant de monde qu'on a jamais été aussi seuls.

Je trouve que tous les comédiens jouent juste, Brad Pitt et Cate Blanchett (puisque ils ont les rôles titres) sont excellents et on sent bien leur désarois dans un pays et des habitants qui peuvent bien plus pour eux qu'ils ne le pensent.

Alors bien entendu je vous conseille ce film qui dure 2h15 mais est très bien temporisé.

La note enfin :

.

Richard, pas très heureux.


Santiago, prêt à faire une bêtise.


Susan regardant le desert de sa vie de couple.


Pas facile de lire le français.


Viens donc à l'école, sacripant !


Les autres, j'les kiffe plus.

jeudi 14 décembre 2006

Juste avant de partir...

C'était dans le Républicain Lorrain de la semaine dernière :

J'ai bien rigolé quand j'ai vu le titre mais juste sur le coup car au bout de vingt secondes (quand même !), j'ai retrouvé le côté tragique de l'article. C'était juste amusant sur le coup (ben oui, c'est pas marrant de se prendre des coups de couteau, non mais sans blagues ! foufou ).

Pendant que j'y suis, j'ai une question à proposer aux plus intelligents d'entre vous (on va vite les reconnaître comme ça !). C'est une question que j'ai posé sur le site de Science & Vie mais ils ne m'ont pas répondu : "Pourquoi on a parfois une furieuse envie de se gratter, comme si l'on se faisait piquer par une bestiole alors qu'il n'y a rien (on est plus propres que les américains ne le pensent !) ?". Voilà, si vous avez une théorie la dessus, je vous invite à me la donner. Bonne chance ! hihi

mercredi 13 décembre 2006

Encore des Smileys

Oui mais ce sont les miens cette fois !

J'avais quelques minutes à tuer (promis, je vais réviser mon concours après), alors je me suis proposé de faire des smileys à mon image (un peu narcissique mais c'est un blog après tout). J'ai donc accepté et voilà le résultat :

class clindoeil content content3 clindoeil2 satdevil roupille foufou grouik grrr hihi hum lang love pascontent pleure satange stars taitoi taitoi2 voirien malade

En plus de Georgette la fleur (qui est quand même bien mieux que mes bidouilles), vous pourrez donc agrémenter vos commentaires avec ma trogne. Vous n'avez donc plus d'excuses pour passer votre chemin sans rien dire.

PS : Malgré la médiocrité de ces smileys, ils sont à moi et je vous prierais de ne pas vous en servir ailleurs que sur ce blog, merci.

lundi 11 décembre 2006

Petites frayeurs nocturnes

Quand j'étais petit (je n'étais pas grand), j'ai appris à connaître Pink Floyd. Pas forcément par le meilleur coté mais par le morceau le plus curieux. En tout cas ça m'a marqué... glups
Pour bien comprendre ce qui suit, je vous conseille d'écouter ce petit morceau d'"Echoes" de l'album Meedle de Pink Floyd, de préférence dans le noir et à fond (histoire de vous mettre dans l'ambiance)... devil






samedi 9 décembre 2006

Smileys

Rien de bien neuf sauf la possibilité d'ajouter des smileys repris chez la dessinatrice Miss Gally qui évacue son amie Georgette de son blog. Du coup, elle offre la possibilité d'utiliser ses anciens smileys, libres de droit.

Je crois que je vais en créer à mon effigie d'ailleurs... Voilà, j'espère que cela va attirer plus de commentateurs (même si mes notes ne sont pas très nombreuses en ce moment).

Have a good day ! clind

mardi 5 décembre 2006

The Alan Parsons Project

On trouve de tout sur YouTube, des montages faits à la webcam, des petites animations sympas, des scènes non montées dans des films (voir la scène de l'hôpital dans Blade Runner) ou des clips musicaux impossibles à trouver ailleurs que là ou sur les réseaux peer to peer.

C'est justement le cas d'Alan Parsons, l'un de mes artistes préférés. J'ai connu ses musiques quand j'étais petit et quand mon frère ainé passait ses 33 tours sur sa chaîne HI-FI. C'était dans les années 80, j'avais presque dix ans et je commencais à me former, musicalement parlant (tout le reste était en avance, si si, j'vous jure). Alors j'entendais The Alan Parsons Project dans la chambre d'à côté et Pink Floyd, Jean Ferrat et pas mal de classique chez mon autre frère (y a certains titres qui font peur, voir note à venir). Donc ce sont mes frères et soeurs qui m'ont initié à la bonne musique et mes références d'alors sont toujours les mêmes aujourd'hui (je suis vieux jeu parfois).

Donc Alan Parsons est à la base un ingénieur du son, il a travaillé avec les Beatles puis Pink Floyd (notamment sur l'album magique "The Dark Side of the Moon") et s'est mis à son compte avec le chef d'orchestre Andrew Powell et Eric Woolfson pour former "The Project", d'où le nom.

Alan Parsons ne chante pas, ou alors très peu. Il fait la voix qui annonce "The Raven" dans Tales of Mystery and Imagination mais laisse en général son ami Eric Woolfson aux commandes de nombreux titres. De nombreux autres chanteurs prêteront leur voix dans les quelques douze albums du projet.

Alan parsons travailla aussi sur la bande originale du film "Lady hawke" entouré de son chef d'orchestre attitré : Andrew Powell. Loin d'être parfait, cette bande originale a mal vieilli, les accord et notes sont parfois démodées.

Leur premier album est l'un des dernier que j'ai écouté (j'ai dù faire des recherches quand mon frère a quitté la maison) : "Tales of Mystery and Imagination", hommage à l'écrivain Edgar Allan Poe. Je me souviens surtout de Pyramid, l'un des seuls album que je peux écouter en boucle et que je connais par coeur. Le morceau "In the lap of the gods" réflète à lui seul l'Egypte comme je me l'imagine (une Egypte idéalisée, pour sûr).




Viennent ensuite plusieurs albums dont le très connu "Eye in the Sky" qui comprends plusieurs tubes dont certains passent encore à la radio aujourd'hui.



Certains albums, méconnus (vous saviez qu'il existait vous, Alan Parsons ?) sont de pures merveilles et sont reprises pour des introductions à des rencontres sportives

"Sirius" - Eye in The Sky - 1982

Pas trop électroniques au début, Andrew Powell s'en donne à coeur joie et c'est parfois un orchestre symphonique entier qui joue les morceaux chantés par Eric Woolfson.
"Dont Answer Me" - Ammonia Avenue - 1984

Dans les années 90, Alan Parsons fait cavalier seul et la musique devient plus électronique, moins mélodieuse et le timbre si particulier d'Eric Woolfson disparaît, remplacé par des chateurs de talents mais la sauce ne prends plus. De beaux morceaux subsistent pourtant et les albums s'envollent vers des concepts plus "aériens" comme "On air" ou "Time Machine".
"Jigue" - Try Anything One - 1993

Le dernier album en date "The valid Path" est un demi échec, il n'apporte rien et la musique électronique est omniprésente. Cet album est un concept à lui seul. A écouter si vous êtes curieux. Parallèlement à ce parcours, Eric Woolfson et Andrew Powell lancent "Freudiana", un album comme je les aime, avec beaucoup de morceaux symphoniques. Peu connu, il a eu un beau succés en Allemagne où des concerts ont eu lieu dans des salles mythiques.
"Far Away From Home" - Freudiana - 1990

Des concerts d'Alan Parsons ont eu lieu en 1994, hélas je ne le savais pas et j'ai manqué l'un des rares concerts à ne justement pas manquer (j'avais déjà loupé "Pulse" de Pink Floyd à Strasbourg, grosse gaffe). Reste des vidéos trouvés justement sur YouTube dont le montage de "What Goes Up" de l'album Pyramid qui reprend des extraits du film "Immortal" qui colle très bien à la musique. Un régal !
"Whats Goes Up"

"Old an Wise", concert d'Alan Parsons.

The Time Machine, l'un des dernier "bons" morceaux d'Alan Parsons.

Enfin "The Raven", montage pour le premier album.

Si certains titres ont un peu vieilli aujourd'hui, je trouve qu'ils échappent à une majorité de titres des années 80. Alan Parsons n'a jamais fait d'albums "commerciaux" même si certaines pistes sont restées pendant des années en tête des ventes. L'avantage avec des orchestres symphoniques, c'est que la musique ne s'use pas, elle se détache des modes, tout comme les chansons de Jacques Brel. Ce n'est pas de la variété, pas de types qui dansent avec de la musique fait en cinq minutes sur un ordinateur. Je pense que dans trente ou quarante ans (si mes oreilles fonctionnent encore), je continuerai à écouter The Alan Parsons Project avec le même plaisir.