Hier, pendant une partie de billard, à Amnéville.

L'entrée de la salle était occupée par des djeunes bien de notre époque, téléphone à la main et vocabulaire approximatif. Moi qui travaille dans un établissement scolaire pour jeunes en échec scolaire, je pensais entendre le pire language mais en fait non : il faut croire qu'ils parlent tous comme ça. Je me souviens plus trop des adjectifs fleuris qu'ils employaient mais ça ressemblait beaucoup à cela. Quel bonheur.