A la demande générale (ha ha, ça me fait toujours bien rire !), je continue mon billet précédent.

Donc, qu'en est-il de l'individu dans tout cette surveillance, ce climat sécuritaire où tout le monde est fiché grâce aux produits que nous achetons, nos traces bancaires et tout le toutim ? Et bien les gens en redemandent ! Enfin pas tous, une bonne partie de ceux qui ont peur (merci Sarko) et qui craignent les terroristes veulent plus de contrôles, plus de sécurité et de surveillance.

L'étape suivante est, comme pour les vaches, de se faire marquer grâce à une puce (RFID aussi). Des chercheurs ont déjà commencé à s'implanter ces appareils pour faciliter leur identification, ce qui permet par exemple d'accéder à des salles ou des ordinateurs sans taper un mot de passe, d'ouvrir des portes automatiquement, de faire dire à votre maison "Bonjour M. Dugenou" quand vous ouvrez votre porte d'entrée, voire même, dans un futur proche, au bar de vous préparer automatiquement votre scotch préféré (le technophile boit du scotch chez moi) ou un rail tout prêt à la junkie qui revient de son lycée de naze. C'est beau tout ça et ça va bientôt arriver.

Alors tout ça vous paraît encore lointain mais je sens que d'ici vingt ans tout au plus ça sera entré dans le quotidien des gens. D'abord on leur dira les avantages de ces puces et on commencera par les bébé : depuis la naissance ces puces contiendront le suivi médical de l'enfant (plus besoin de carte vitale) et à l'hôpital ils seront automatiquement reconnus et ainsi les erreurs seront désormais exclues. Par la suite, vous passerez la main devant un détecteur chez votre généraliste et hop il sera de suite votre passé médical. Ensuite on nous implantera d'autres puces : transport (puces SNCF, RATP ou votre propre voiture), notre employeur (comme cité plus haut, ce qui existe déjà). Pour le commerce, plus besoin de carte bleue (il faudra juste taper le code) et ainsi de suite.

En attendant la "super puce", on en aura peut-être quelques-unes dans le corps.

Alors tout cela ne prendra peut-être pas tant de temps que ça pour se généraliser. Comme les sociétés, les commerciaux sont malins, ils vont commencer par le "maillon faible" de la famille : l'enfant (pour les raisons citée plus haut) et puis grand-père et mamie qui sont seuls à la maison et qui n'auront qu'à appuyer sur un bouton dans leur main pour alerter les secours (je crois que ça existe déjà). Alors tout cela est très pratique et sera sans doute indispensable un jour (si si, comme pour le portable, la télé, Internet). Ce sera aussi très pratique pour surveiller tout ce petit monde : on pourra savoir en permanence où se trouve les gens : il suffira de disposer des bornes un peu partout. Chaque technologie a son revers de médaille et si des industriels et des pirates s'emparent de toutes ces informations qui vont transiter, je ne donne pas cher de notre peau (quand tout sera informatisé, qui pourra dire qui vous êtes réelement une fois qu'on aura fait du "vol d'identité" ?). Enfin, tout cela c'est pour plus tard. Je ne suis pas Mme Soleil mais je doute que Big Brother soit bien loin à présent.

Plus proche de nous, notre ordinateur nous surveille aussi et de plus en plus. Et quand ce n'est pas lui qui vous demande vos données personnelles, c'est vous qui lui donnez et le partagez sur Internet. Prenez Flickr qui vous propose de mettre vos photos à disposition de la communauté ou pire : Google qui se propose de stocker toutes vos données personnelles sur ses serveurs (espace de stockage géant, mots de passe, recherches sur votre PC, photos, etc.). Il paraît que la CIA s'intéresse de près à toutes ces données.

De plus en plus, votre ordinateur va vous surveiller (cookies, spyware, keylogger), vous brider par ses DRM (droit numériques liés à une oeuvre), servir à vos dépends (PC Zombies contrôlés par des pirates). Internet, espace gratuit et libre va être contrôlé par des multinationales (ICANN, Microsoft, Google) ou par des Etats (Chine, Iran, etc.). Les futurs logiciels Windows vont être verrouillés de tous les côtés et il va falloir montrer patte blanche pour y accéder, avant d'être prisonniers de ce système. Heureusement, il reste des systèmes libres dont Linux est le chantre mais je ne doute pas qu'un jour nous soyons tous esclaves de toute cette technologie et que le mot "anonyme" n'existe plus (on trouvera ça sans doute normal à ce moment).

Dans une enquête (il faudra que je la recherche), un certain nombre de points prévoit le futur de notre pays et de la technologie, il est ainsi montré que des technophobes vont apparaître. Pas des frileux des nouvelles technologies mais des gens qui rejettent cela car au lieu de rester un outil, la technologie va devenir notre maître. Il est possible que je sois de ceux-là...