Je n'aime pas trop lire les mangas, ces BD japonaises mais j'ai été attiré par la série Gunnm en allant sur le blog à la ciboulette car Gally y parlait de son pseudo qu'elle avait emprunté à l'héroïne de la série. Comme j'avais une copine du boulot qui est du genre "japonaise dans l'âme", je lui ai demandé si elle pouvait me prêter un tome ou deux... et bien je n'ai pas été déçu ! Je n'avais rien lu de tel depuis Dragon Ball (on ne rigole pas, oui je suis un grand gamin et alors ?!) et j'ai acheté illico la série complète qui compte neuf livres (sauf le n°4, cadeau de ma chérie).

Tout d'abord, le sens de la lecture est francisé ce qui est plus qu'appréciable car je ne supporte pas de lire les pages dans le sens inverse (en plus des planches et des cases qui sont aussi inversées). Les puristes vont sans doute bondir mais c'est comme ça.

Je vous raconte l'histoire brièvement : Ido, un humain, fouille dans la "décharge" de Zalem (la cité de la haute société) et y trouve le haut d'un corps d'une cyborg qu'il nomme Gally. Il la répare et se rend compte qu'elle est très douée pour le combat et que son passé est sans doute lié à un corps d'élite mais elle n'en a plus souvenir. Peu à peu, elle se lie avec des humains et son "coeur" se brise quand elle perd un petit copain. Elle devient très violente, cherche à se dépasser dans des courses du type Rollerball où tous les coups sont permis. Elle se reprend ensuite et devient plus humaine pendant un temps avant de devenir une sorte de machine à tuer aux ordres de Zalem. Bon, je résume à mort mais la série est très très bien, très violente aussi mais comme dans Blade Runner on retrouve la question qui est l'humain/ qui est la machine car Gally concerve son cerveau humain comme tous les cyborgs. Alors on a souvent des combats et dans le tome 7 on assiste presque à un affrontement de Goldorak contre un Golgoth ce qui est rigolo. On a aussi des moments plus légers où Gally devient très humaine. Bon, je n'ai pas encore tout lu mais je suis très impatient à chaque fois de lire la suite, ça va vraiment me manquer quand je serais arrivé à la fin du tome 9.

La suite de la série se nomme "Gunnm, the Last Order" mais parraît moins bien achevée, un peu comme quand on passait de Dragon Ball à Dragon Ball Z... (j'en vois encore qui se marrent au fond de la salle, c'est pas sympa ! :-)). La technologie est omniprésente dans Gunnm, à tel point que ça en devient parfois ridicule. Les gens de la décharge (les laissés pour compte donc) vivient de courses folles, de drogues et la misère est toujours présente c'est pourquoi des rebelles tentent de renverser l'ordre établi en détruisant Zalem. Gally cherchera à les en empêcher mais comme je n'ai pas encore tout lu, je pense qu'elle va se mettre du côté des rebelles à la fin de la série ou faire le pont entre les deux communautés, c'est à voir... Sinon, je trouve les dessins très bien faits, le trait est tendu, l'action se ressent très bien et par deux fois (c'est mon coup de coeur), de la musique est jouée par Gally ou un autre personnage et il s'agit de "Big Generator" de Yes et "Inside Looking Out" d'Alan Parsons, deux morceaux peu connus mais que je connaissais déjà et que j'adore (je ne les ai pas ici mais je les mettrai en ligne très prochainement).


Zalem est une citée flottante retenue par une colonne de 4000m de haut. En dessous d'elle se trouve la décharge et toute la misère qui découle des grandes villes.


Un ennemi qui veut la peau de Gally. Il est très puissant et animé par la vengeance. Il causera presque la mort de Gally.


Sur certaines doubles-pages on peut voir de très beaux dessins. Le format poche ne rend pas bien justice à la qualité du travail et le soucis du détail.


Il y a aussi des moments de franche rigolade comme dans cette scène où il pleut des poissons dans le desert, je n'ai pas bien compris pourquoi (sans doute un ouragan les aura arrachés à la mer).