Blog Orphanis.com

mardi 31 octobre 2006

De la farine au pain (MAJ)

Bigre, voilà bien une semaine que je n'ai plus rien posté. Les vacances ne sont pas toujours propices au postage de nouvelles. Voilà une petite série de photos sur la fabrication du pain (presque) artisanal. Vu que ma chérie et moi en mangeons pas mal et que c'est toujours meilleur quand c'est fait à la maison, il est important de réussir sa recette. Alors voici les différentes étapes de la conception du pain.

Déjà, on sort la pâte de la machine à pain qui ne sait pas bien mélanger un kilogramme de farine avec du lait.

Bon, ce n'est pas très bien mélangé, cela demande à être un peu travaillé.

Pétrissons, pétrissons.

On ajoute des petites crottes à base de raisin.

On ajoute encore de la farine pour augmenter la consistance de la pâte.

A partir de là, je coupe la pâte en deux pour faire deux pains différents : un aux noix et l'autre sans.

Introduction des noix, une à une (en quartiers, évidemment).

Le résultat du pâton. On dirait un cerveau, bon appétit.

Une feuille de papier sulfurisé permettra de séparer les pains. Je les place dans un support qui empêchera la pâte de se "répandre", ça manque peut-être de farine.

Un linge humide favorisera la montée de la pâte.

Quelques heures plus tard, à température ambiante, le pain a déjà bien levé. Maintenant hop, au four.

Voilà, c'est pratiquement prêt, la pâte est un peu passé en dessous, je note celà pour la prochaine fois, ça ne se reproduira pas.

Le moule et la feuille de papier sulfurisée retirés, c'est bien plus joli.

Résultat : le pain est bien cuit, la mie est aérée mais pas trop, le top pour le Nutella ou le fromage. Bon appétit !

A chaque fois, je me dis que le pain suivant sera meilleur et c'est le cas. J'ai peu à peu abandonné la machine à pain pour malaxer et cuire le pain dans le four car le résultat est plus beau et plus appétissant. Pour la suite, je prévois d'acheter un moule plus "profillé" et de faire des pains un peu différents (graines de tournesol, farines de compositions différentes, etc.). Mais le fin du fin serait d'avoir un vrai four à pain et j'essayerai d'en fabriquer un pour le printemps. Affaire à suivre donc.

Mise à Jour

J'ai refais du pain hier, il est vraiment beau et c'est pour cela que j'ai repris des photos du bidule. En plus d'être bien rond et bien gonflé, il est très bon et les tranches sont parfaites, une réussite assuremment.

Voilà une bonne miche.

Encore une vue, je suis content de moi.

La mie est bien aérée et les tranches se découpent bien, le Nutella n'en est que mieux répandu.

mardi 24 octobre 2006

On commence par un truc nul

Comme je l'ai dis plus tôt, j'ai commencé à étudier Flash 8, histoire de me documenter sur ce logiciel très puissant et très répandu sur le Web. Avec un peu de mal je suis parvenu à faire ce petit bonhomme que vous voyez ici...
Evidemment, c'est tout nul mais c'est un début car j'entrevois déjà les possibilités du logiciel et d'ici quelques jours vous serez bluffés (si si !). Ne soyez donc pas trop moqueurs car bientôt je ferai des supers animations de la mort qui tue. Patience patience donc...

vendredi 20 octobre 2006

Parce que c'est vous (et surtout pour toi ma chérie)

Ne pouvant plus me retenir, voilà pour vous remercier de venir sur mon blog. J'suis content et ça se voit !

(en fait, le dessin est pour Nekibo, elle mérite un bien plus joli dessin que celui d'hier).

jeudi 19 octobre 2006

Les promeneuses du Plan d'Eau

Je me souviens que cet été, en attendant le feu d'artifice à Metz, on se baladait dans la foule quand une paire de gamines marchaient l'une à côté de l'autre (des copines assuremment) mais chacune avait son portable à l'oreille et discutaient énergiquement. C'était marrant à voir et surtout affligeant. J'ai bien rigolé avec Nekibo quand nous les avons vu passer, on se demandait si elles se seraient aperçues si l'une des deux manquait. Nous vivons dans un monde où l'on a plus rien à dire à son voisin et on préfére appeller les autres au téléphone, sans doute car il est facile de s'en débarasser très rapidemment (ce qui n'est pas le cas d'une personne bien vivante à côté de soi). Les jeunes font très fort à ce petit jeu là, c'est sans doute pour se donner de l'importance.

(J'ai tenté de faire un peu mieux au niveau dessin que hier, ça m'a prit beaucoup plus de temps et je remercie Kek de me fournir sans le vouloir, un modèle). Promis Nekibo ma chérie, je te ferai un dessin bien meilleur que celui de hier dès que possible.

mercredi 18 octobre 2006

Qu'est ce qu'on fête aujourd'hui ?

mardi 17 octobre 2006

A table !

Petit test aujourd'hui : saurez-vous reconnaître de bons champignons ? C'est en allant à la chasse aux champignons sauvages dans la région de Phalsbourg (en Moselle) que je me suis rendu compte que si je mourais de faim dans la région, je serai mort d'empoisonnement plutôt que de famine. Heureusement, le père de Nekibo (une véritable encyclopédie ambulante), nous a bien guidé dans notre recherche de spécimens comestibles. C'est donc un peu grâce à lui se je suis en vie à cette heure...

Allez hop, allons traquer le bolet.

Alors, selon vous, quels champignons sont bons à manger dans cette petite sélection ?

-1 - Champignon de noël.

- 2 - Le même ?

- 3 - Chapeau bas.

- 4 -

- 5 - Un petit blanc.

- 6 - Un autre petit blanc.

- 7 -

- 8 - Le champignon comme on l'imagine.

- 9 - Flashé.

- 10 - Flashé n°2.

- 11 - Flashé n°3.

Bon, j'avoue, ce n'est pas facile comme ça, surtout que vous pouvez pas les retourner, vérifier la taille et la colorimétrie est approximative (j'ai fait vite pour les prendre en photo). Pour ceux qui me donneront les noms des champignons, je leur enverrai une bonne boîte de champignons de Paris 1er choix. Bonne chance !

samedi 14 octobre 2006

La Hulotte

Voici enfin venu le temps de La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers. Il est arrivé hier dans ma boîte aux lettres et comme il n'arrive que tous les semestres, j'en profite pour en parler.

Nouveauté de ce numéro : des photos font leurs apparitions à côté des traditionnels dessins de Pierre Deom. Du coup le texte retrécie et le magazine est très vite lu même si on apprends beaucoup sur les arbres tortueux et abimés. C'est aussi une opportunité pour aller en forêt chercher des particularismes comme dans La Hulotte.

Vivement dans six mois.

mercredi 11 octobre 2006

Pirates des Caraïbes : le secret du coffre maudit

Nous avons la chance, dans mon village, d'avoir la salle communale juste en bas de l'appartement (mais aussi embêtant quand le week-end elle est reservée par des fêtards). Du coup, nous avons accès à des manifestations à deux pas de chez nous. Une fois par mois, un cinéma itinérant nous arrive et dans la salle est déroulé un grand écran. Bon, le confort est spartiate (chaises), le son n'est pas terrible et toutes les heures le projectionniste doit changer les bandes (ce qui permet de faire une coupure et de restaurer tout le monde). Le mois dernier nous avons vu "Nos voisins les hommes" (ça y est Gabbel, on l'a vu !) et c'était plutôt pas mal. Hier nous étions voir "Pirates des Caraïbes" et ce fut long, très long...

L'affiche du film.

Ce film dure 2h30 ce qui fait que nous avons eu droit à deux coupures de 10mn. A la première coupure, Nekibo est rentrée se coucher, c'en était trop pour elle.
Alors ce film est pas trop mal mais beaucoup trop long (rien à voir avec les coupures presque salvatrices), il se passe des tonnes de choses mais dans sans grand liens entre elles. Le scénario n'est pas très dense, on s'ennuie parfois et on se demande où ils veulent bien en venir. On dirait une suite de sketches souvent amusants et très longs (le moment où ils trouvent le coffre est particulièrement éprouvant). Reste que les effets spéciaux sont particulièrement beaux et bluffants et le vaisseau du Hollandais Volant est glauque à souhait, il y a un soucis du détail terrible. J'aurais pourtant préféré un film avec des effets spéciaux qu'un film d'effets spéciaux comme on en rencontre de plus en plus.
Donc un film de plus, avec des acteurs amusants (Johnny Depp se la joue chochotte un peu trop) et qui ne se prennent pas au sérieux. Un film familial par excellence où les méchants sont plus ridicules que mauvais et les monstres impressionnants (sacré kracken !). A voir (si c'est encore possible) si vous n'avez rien d'autre à faire.

Dans cette scène (qui dure pas loin de 10mn) trois protagonistes se battent pour une clef. Impressionnant mais bien trop long.

Jack se sauve. Parfois ses poursuivants sont 5m derrière lui, parfois à 100m, ça change tout le temps. Il court bien moins vite mais arrive à leur échapper, trop fort.

Davy Jones, le grand méchant est d'un réalisme effarant, on se demande où s'arrêtent les maquillages et où commencent les trucages, mais existe-t-il vraiment ?

Retraite au flambeaux pour nos amis après la "perte" de Jack. Je n'ai pas bien compris cette scène, d'où viennent ces gens dans l'eau et pourquoi ils sont là...

Un bon petit film rempli d'incohérences, parfois plaisant à regarder mais la possession d'un cerveau n'était apparemment pas requis. Un film pour se détendre quoi. Prets pour la suite ?

mardi 10 octobre 2006

16èmes rencontres de Bandes Dessinées de Marly

Pendant tout le week-end dernier se déroulait les "16ème rencontres de bandes dessinées de Marly", petit festival où étaient invités quelques auteurs et dessinateurs dont beaucoup d'inconnus (pour moi).

L'affiche du festival.

Si l'entrée était payante (mauvaise idée), cela a limité les entrées et donc les rencontres. Avec ma chérie, nous avons donc profité d'une remise de prix pour nous jeter sur les pains garnis.
Nous avons fait le tour des quelques dessinateurs mais rien de bien folichon à se mettre sous la dent, je n'ai rien vu de génial même si les artistes sont doués. Petit tour de l'exposition.

Tout d'abord quelques affiches avec des dessins et des figurines rigolotes de Gaston avant de rentrer dans le vif du sujet.

Des marionnettes un peu ridicules animent le stand des remises de prix et parlent n'importe quand.

Une table de dessinateurs, un peu vide de public avant midi.

Une dédicace en cours.

Gros plan sur le très joli dessin.

Pour certains, nous avons droit à de la couleur.

L'auteur de Raspoutine : Pompetti.

C'est quand même trop tranquille.

Dans une sorte de couloir, d'autres dessinateurs sont bien moins lotis mais ils font pourtant du bel ouvrage.

Je garde la meilleure pour la fin : Laurel que je vois enfin.

Un petit festival gentil et tranquille, je n'ai pas demandé de dédicaces car rien ne me plaisait vraiment (je n'ai jamais de coup de foudre pour un album). Même Laurel dont j'aime beaucoup le blog n'aura pas fait de dessin pour moi car je trouve que sa BD "Le journal de Carmilla" n'est pas terrible (en plus, sur la le recto de l'album, Carmilla a deux pieds droits) et trop rose-bonbon pour moi (je veux bien rester jeune pas pas à ce point !). Donc je n'ai pas acheté cette BD juste pour la dédicace, tant pis, la prochaine sera peut-être la bonne.

dimanche 8 octobre 2006

Sacred Plus

Bon, j'avoue, j'ai eu la faiblesse d'abandonner In Memoriam quelques jours. La semaine dernière, en faisant un vide grenier près de chez moi, je suis tombé sur Sacred Plus, un jeu de rôle du type Diablo (pour ceux qui connaîssent). La dernière fois que j'y ai joué, c'était pendant des heures et parfois je rêvais que je tuais des ours, des brigants, des dragons. C'était très bien mais très (trop) prenant aussi : on cherche a faire évoluer son personnage et à devenir toujours plus fort et ça prend beaucoup de temps ! Du coup, j'ai gardé une sensation amère de ce jeu (quel temps perdu !) mais aussi un plongeon dans un monde heroic-fantasy très réjouissant. Du coup, quand j'ai vu le jeu en version originale (avant je jouais sur une... copie de sauvegarde), je n'ai réfléchis que quelques secondes surtout qu'à huit euros, je ne me ruinais pas.

Maintenant, je passe une bonne partie de mon temps à jouer, pas trop quand même, surtout que je dois réviser pour des concours. J'ai aussi reçu le très bon livre de Micro Application "Flash 8 Professional" écrit entre autres par Kek qui fait toujours de très bon jeux chiants (c'est comme ça qu'il les nomme ; je vous les conseille, c'est très ennervant).

Bientôt vous verrez apparaître ici ou là des petits bidules que j'aurai réalisé. Je crois que le sauvetage de Jack et Karen va attendre un peu...

mercredi 4 octobre 2006

Téléchargement de lave-vaiselle

Je crois que c'est Lafesse qui fait ce gag, en tout cas on pensait certaines professions à l'abri de bobards incroyables et bien il n'en est rien...

dimanche 1 octobre 2006

In Memoriam

Sorti il y a quelques jours, "In Memoriam le dernier rituel" est déjà primé par la presse spécialisée comme un très bon jeu thriller/aventure, il faut dire qu'il est la dernière amélioration d'un jeu sorti en octobre 2003 et intitulé justement "In Memoriam". C'est de ce premier opus que je vais vous parler.
Je l'ai acheté il y a un peu plus d'un an, il était en prix réduit et les critiques étaient bonnes pour ce jeu d'un genre nouveau. J'avais commencé à y jouer et je suis très vite passé à autre chose car je ne voulais pas m'immerger dans des enquètes à n'en plus finir (après Myst qui était formidable mais qui m'a bloqué des soirées entières je n'ai plus été en mesure de laisser autant de temps dans des jeux d'aventure). Bref, le jeu est resté dans ma ludothèque, attendant tranquillement son avenement.
Avec la sortie du dernier In Memoriam qui plonge encore plus le joueur dans la fiction, à tel point qu'on se croirait dans "The Game" de David Fincher (qui a fait aussi le très bon "Fight Club" et "Seven"), j'ai repensé au jeu qui trainait dans son armoire et m'y suis remis, non sans mal car j'ai eu un mal de chien à obtenir un mot de passe pour y jouer. Une fois dans le jeu, on est pris dans l'engrenage du tueur et c'est très prenant !
Je vous raconte un peu ce qui ce passe au début du jeu. Le joueur se propose d'aider une entreprise à trouver l'un de ses journalistes enlevé par le mystérieux Phoenix. Il dispose d'un CD-ROM crypté qui contient des informations sur le journaliste et une amie à lui. Grâce à notre intuition et Internet, on ouvre des portes et on accède à des données importantes sur le pourquoi du comment de cet enlèvement. On se rend compte que le journaliste mettait les pieds dans une histoire de meurtre des années 70 et que cela allait se retourner contre lui. A l'aide d'une vidéo de vacances en super-8 exploitée à fond, on retrouve les lieux des meurtres et les tenants et les aboutissants de toute une machinerie.
Je n'ai pour l'instant joué que quelques heures et j'ai été à chaque fois très fier de trouver des mots de passe sur Internet. De temps en temps, des mails arrivent à point nommé pour m'aider dans l'enquète. Je fais un peu de tourisme en Grèce pour chercher des renseignements et, de fil en aiguille, découvre les motivations du tueur. Le CD-ROM contient des images assez glauques, une musique répétitive et stressante, on se croirait vraiment dans Seven et c'est génial ! Voilà, je vous montre quelques captures d'écran, histoire de vous montrer à quel point le Phoenix est tordu.

Sur cet écran, on doit gratter avec la lame de rasoir la surface pour découvrir un indice.

C'est bon, j'ai trouvé trois mots de passe, la porte va pouvoir s'ouvrir.

L'un des messages du Phoenix.

On doit parfois faire des puzzle pour trouver des lieux et ensuite aller sur Internet pour savoir de quel endroit il est question.

Des séquences vidéos (des bandes volées au journaliste) sont données en récompense, on y apprend comment évoluait l'enquète des disparus.

Karen repense à ce que son père avait filmé par mégarde avant d'être lui-même assasiné.

Comme Jack Lorski, vous devrez vous servir souvent d'Internet pour trouver des indices.

Je n'ai pas beaucoup avancé dans le jeu mais l'enquète est très prenante. Si vous tombez sur ce jeu en boutique (il coûte trois fois rien en ce moment), je vous le conseille, on a vraiment l'impression d'être detective. Allez hop, j'y retourne !