Blog Orphanis.com

mardi 26 septembre 2006

Petite animation sympa

Voici une petite animation basée sur le logiciel de création d'animation Flash. C'est très bien fait et original. Merci à Boulet de m'avoir fait découvrir cela.



lundi 25 septembre 2006

Nettoyez tout

C'est en écoutant une émission en podcast d'une radio canadienne qui s'appele "Les années lumière" (actualités scientifiques, techniques, livres, médecine, etc.) et qui parlait du nettoyage des côtes que je me suis rappelé de ce post que je comptais écrire il y a quelque temps.

J'ouvre une parenthèse. Je reviens juste deux secondes sur ce podcast que nos cousins québécois intitulent très justement baladodiffusion (ils sont bien meilleurs français que nous parfois). Il est intéressant d'écouter des autres versions de l'actualité, histoire de ne pas se mettre au centre du monde. Avec les canadiens, nous pouvons avoir un autre son de cloche, une autre approche des événements et parfois une critique de notre pays, de notre gouvernement (même si on le fait très bien nous aussi !). Bref, je vous encourage à voir ou écouter d'autres radios, d'autres télévisions francophones, c'est dépaysant et instructif. Fin de la parenthèse.

Donc, une invitée des Années Lumière (la directrice du biodôme de Montréal il me semble) parlait de la nième opération annuelle de nettoyage des rives et plages du Canada, histoire de rendre le pays plus beau, plus propre et plus attirant touristiquement parlant. En France, nous avons tous les ans ce type d'opération qui vise à nettoyer les fossés (entre autres) et pas mal d'acteurs de la vie économique se joignent à cette "fête". Bien sûr, nous avons les centres Leclerc qui sont de la partie. Ils ont été les premiers à retirer les sacs plastiques de leurs caisses et contribuent ainsi à l'environnement. C'est bien, très bien mais c'est surtout, selon moi, pour se donner une bonne image, tout comme les pressions que M. Leclerc fait au gouvernement pour faire baisser les prix (encore un coup de pub pour l'image car s'il voulait faire baisser les prix il y arriverait très bien), je pourrais aussi ajouter le récent comparateur de prix Leclerc qui prouve surtout que Leclerc n'écrase pas les prix mais use d'une bonne campagne marketing. Leclerc est donc à présent le champion du respect de l'environnement. J'ai du mal à le croire. Les sacs réutilisables par exemple. Ils coûtent 0.15€ (1 franc quoi) et sont recyclables (ça c'est bien) et échangeables à vie. C'est une bonne chose quoi. Hélas, il me semble que leur prix ridiculement bas fait qu'on l'oublie fréquemment chez soi et que l'on en achète presque à chaque passage. Bon, c'est vrai que je piaille, c'est une avancée significative, il faut juste que les gens suivent. Si maintenant je prends les produits "Marque repère", donc marque Leclerc, je n'ai pas l'impression que l'environnement soit respecté : le taux d'emballage est identique aux autres marques donc plein d'emballages, de suremballages pour emballer des emballages. Si ça ce n'est pas de la pollution... Pensez bien que c'est vous qui payez les poubelles après et que ce qui est mal fait en amont sera sur votre facture après. Mais là aussi, je chipote.

Tout ça pour en venir à ça : si tous les ans il y a nettoyage des fossés et rives, et bien je n'en serai pas : je ne veux pas nettoyer les ordures des autres alors que je m'efforce de vivre en adéquation avec mon environnement. J'ai pourtant en mémoire la pensée de ma bien-aimée qui me disait tout récemment que rendre un endroit agréable et vierge de déchets "gênait" les pollueurs. Autrement dit : les poubelles attirent les poubelles et on a plus souvent tendance à salir ce qui est déjà sale plutôt que ce qui est propre.

En bref, mon billet ne sert à rien car ma chérie m'a démonté très facilement mon argumentation (il m'arrive de ne réfléchir que 10 secondes parfois). Reste que ce sont toujours les mêmes qui saillissent et toujours les mêmes qui nettoient (en même temps, ça sensibilise les gens, surtout les futurs citoyens que sont les enfants). Il me semble que j'ai entendu une personne (je sais pas si c'est dans les Années Lumière), qui disait qu'on retrouverai bientôt les c. qui jettent des produits hautement polluants (télés, PC, matelas, etc.) par des marqueurs dans ces produits. J'attends cela avec impatience. On devrait leur faire manger leurs déchets à ces criminels là.

jeudi 21 septembre 2006

En marche vers le Moyen-Age

Mardi soir, thèma sur Arte. Le sujet était "Créationnisme contre Darwinisme" où comment des intégristes chrétiens reviennent en arrière. La soirée était divisée en trois : un reportage sur le créationnisme à l'assaut des croyants, des nouveaux exorcistes en Afrique et l'armée de dieu. Tous les trois étaient marquant à plus d'un titre. Commençons par le premier.

Une nouvelle théorie est apparue il y a une bonne décennie, elle s'appuyait sur des imperfections de la théorie darwinienne pour dire que c'était sans doute Dieu qui était à l'origine de notre univers tel que nous le connaissons. Pour faire entrer cette théorie dans les écoles, la référence à dieu a était effacée et la mention de "dessein intelligent" est apparue. Selon elle, nous sommes ici par la volonté d'un architecte génial il y a 6000 ou 10000 ans. Avant ça, rien, nada. Alors c'est sûr qu'il ne faut pas trop demander de preuves scientifiques à cette théorie qui ne tient qu'avec des bouts de ficelle et un gros bouquin, vous l'aurez deviné : the beibeul, the holy beibeul. Alors avec la bible, on peut tout expliquer, c'est génial, on fait même dire que les dinosaures carnivores avaient des dents et des griffes pour ouvrir les fruits du paradis qui étaient très durs, diantre ! C'est après qu'Adam ait croqué dans la pomme que ces animaux disparurent. A nous la Terre ! Bref, la bible est LE bouquin de référence de ces fondamentalistes qui échappent à tout contrôle de la papauté. Notons au passage que JPII, le super-saint pape, avait fini par pratiquement accepter le darwinisme alors que ces nouveaux curés venus de la lointaine Amérique la refusent en bloc. Il faut aussi indiquer que la bible ne doit pas être laissée entre n'importe quelles mains : seuls certains esprits éclairés et ayant une solide culture tant historique que religieuse peuvent comprendre les sens cachés des paroles des évangélistes et de l'ancien testament. Ce sont le plus souvent des paraboles et rien ne doit être prit au pied de la lettre. Aux USA, chaque chambre d'hôtel possède sa bible, comme livre de chevet j'ai déjà lu plus agréable...

Bref, malgré une théorie bancale, le créationnisme arrive maintenant dans certaines écoles d'Europe, Pays-Bas et Allemagne en tête. Mais comment en est-on arrivé là après des siècles de combat pour faire triompher la science ? On a chassé dieu de l'espace (Galilée) puis de la terre (Darwin), toutes les preuves matérielles ont fait que le doute n'était pratiquement plus permis, notre ancêtre vivait en Afrique, dans les arbres, il en est descendu et a colonisé toute la planète. Tout cela a prit trois millions d'années et pas six mille ans. Le déluge est très facile a démonté aussi : où est passée toute cette eau qui a tout recouvert ? Dans les glaciers et les calottes arctiques et antarctiques ? Impossible, cela suffirait à peine à faire remonter les océans de cent à trois cent mètres. De là à dire que la terre d'alors était plate... C'est par une stratégique méthode de publicité et de désinformation que les créationnistes embrigadent les esprits non critiques. Notre société, si elle n'a jamais été aussi cultivée en général, souffre de minorités très peu au fait de ce qui les entourent. Trop de télé, de journaux, d'incertitudes, de chômage, de misère font que les gens ne s'intéressent plus à ce qui devrait être la base de leur éducation. La masse est bête, elle se fait manipulée par des petits malins qui en profitent et les pervertissent. C'est ce qui se passe avec les sectes qui apportent ce dont les gens ont besoin : une coquille protectrice face à ce monde hostile qui nous entoure. Le créationnisme c'est la même chose : une explication simple, claire, sans chichi pour expliquer le monde, un bouquin-vérité et une communauté où tout le monde pense la même chose (voir aussi mon article sur la foule), donc plus besoin de se casser la tête pour comprendre le monde : c’est Dieu, point. Le plus embêtant c'est quand des ministres succombent à cette campagne marketing (alors qu'ils sont censés être une sorte d'émanation intellectuelle de leur pays). La religion est un poison, surtout quand elle est diffusée par des gens très intéressés. Comme le dit La Bigoudène sur son post, c'est les régies de publicité qui nous font prendre des vessies pour des lanternes. Le plan des créationnistes est d'arriver au niveau de "popularité" du darwinisme, après ils tenteront peut-être de nous faire croire que la Terre est plate...

Si des idiots qui se font avoir par cette pseudo-théorie ont si peu de sens critique et si le créationnisme se généralise dans les écoles, je crains le pire pour les générations futures.

Le second reportage se déroulait principalement en Afrique où les "Maisons du Christ" et autres boutique de Jésus ont pignon sur rue. Des exorcismes sauvages avaient lieu à Bamako, sur des enfants qui ne demandaient rien à personne et on leur collait le diable dans les pattes sans doute pour les chasser de la maison. Dans des orphelinats catho, on torturait des enfants pour chasser le diable, parfois à coup de lames de rasoir et de jeûnes prolongés. Il y avait tant de haine et de méfiance dans ces rues bondées que je me demandais où était passé le message d'amour et de tolérance de Jésus. Là, on pouvait se faire tuer pour un livre.

Le troisième reportage enfin, parlait de l'armée de dieu. Pas ces scouts toujours prêts à faire un petit pont de bois sur le ruisseau mais des ados là aussi manipulés dans la joie de notre seigneur Jésus Christ. Ces communautés venues du froid (pays du nord principallement) regroupant des jeunes de 18 à 30 ans chantent, dansent et prient en coeur pour acclamer un gars qui doit se retourner dans sa tombe, oups, dans les cieux ! Là encore, l'esprit de la foule laisse son empreinte sur ces jeunes dépourvus de sens critique qui parcourent le pays en se prenant pour des télé évangélistes. "As-tu déjà rencontré Dieu ?", "Dieu guide chacun de tes pas", "Respectez la bible et vous serez sauvés". Voilà donc les nouveaux témoins de Jéhovah, harponnant un gugus dans la rue pour le "sauver" et prier tous en coeur sur un opéra rock. Je ne m'étonne pas que nombre de jeunes sans repères soient attirés par ces missionnaires en quingette qui leur proposent de vivre en communauté où la joie est partout présente. Pourtant, peu de trentenaires et plus y restent, serait-ce le fait de leur culture pré-société de consommation ou alors ils auraient enfin compris ?

Un bon point positif cependant : en France, nous sommes apparemment peu touchés par ces extrémistes, peut-être que la France, ancienne fille aînée de l'Eglise, fait encore de la résistance. Pourtant, il y a quelques semaines, un groupe d'illuminés chantaient et militaient pour Jésus en plein centre de Metz, sous les yeux amusés des passants et sous mon regard courroucé. Un prélude ? En tout cas, plus que jamais je tenterai de combattre ce nouvel obscurantisme. Je crois à la science, à la raison et à l'Homme et je ne me céderai pas à la facilité aussi facilement.

mercredi 20 septembre 2006

Copinage

Je profite de ma notoriété croissante (mais oui, mais oui) pour faire un peu de publicité pour un blog qui vient d'ouvrir et qui va parler de sujets divers et variés (humeur, écolo, etc.), donc certainement un peu comme sur Orphanis. Vu que je connais (un peu) la personne qui le tient, je peux vous garantir un contenu à la hauteur de mes espérances.

Trèves de bavardages, c'est ici que ça se passe :

mardi 19 septembre 2006

Le Livre sur la place & Journées du Patrimoine 2006

Si dimanche, à Nancy, il y avait surtout Boulet que je tenais à voir, c'était aussi l'occasion de découvrir des momuments et entreprises de Nancy lors des Journées du Patrimoine. Nous avions déjà fait le déplacement l'année dernière à cette même date (mais sans savoir que Boulet serait là) et nous avions déjà vu pas mal de choses. Voici quelques photos de ce que nous avons pu découvrir.

Pour commencer, nous étions chez Daum, histoire de suivre la fabrication de ces objets d'art (pas de mon goût). Malheureusement, il était interdit de prendre des photos. Vous verrez pourtant quelques oeuvres en bas de cette page.

Revenons juste deux minutes au Livre sur la Place pour voir deux personnages que vous reconnaîtrez sans doute...

Voilà Isabelle Alonso (bois). Je peux pas la sentir mais de là où j'étais je ne pouvais l'entendre, tout était donc pour le mieux.

Sur le stand d'une radio (dont je tairais le nom pour ne pas faire de publicité), le direct était réservé à Richard Borhinger (on le retrouvera plus tard pour les dédicaces).

Place au patrimoine et la salle Poirel où nous rencontrons une jeune actrice pleine de talent qui se prépare pour son spectacle.

Vue de la salle, c'est beau mais moins que le théatre à Metz (dixit Nekibo).

Le plafond, clair et joliement décoré.

Second bâtiment : La Chambre de Commerce et d'Industrie de Nancy et des vitraux type Art Nouveau.

Pasteur dans son atelier.

Pour finir, le Musée des Beaux Arts. Ce n'était pas le meilleur moment pour le visiter (trop de monde) mais comme l'occasion fait le larron... Je n'ai hélas pas le titre de ces tableaux, à vous de les deviner.

La descente aux enfers.

La joueuse de billard.

Un paysage tourmenté.

La colère d'une divinité.

Un bâtiment Kolossal.

Encore un tableau d'une divinité, il venait d'un théatre ou un opéra de Nancy.

Voilà une partie de la collection Daum du musée de Nancy. Franchement je n'aime pas mais ça doit sans doute plaire à d'autres gens.

L'un des seuls vases que je trouve à mon goût. De près il est encore plus beau car on voit bien les heures de travail nécessaires pour réaliser une si belle pièce.

Voilà, c'est fini. Nous quittons Nancy et l'infatiguable Boulet pour retrouver notre quotidien.

A l'année prochaine pour une autre partie du patrimoine de Lorraine. Promis, je ferai un effort pour retenir le nom des oeuvres que je photographierai !

dimanche 17 septembre 2006

Grand jour !

Aujourd'hui, c'était le "Livre sur la Place" à Nancy. L'occasion de rencontrer des auteurs et leur demander une dédicace. C'était aussi "Les Journées du Patrimoine" mais ça, je vous le raconterai un autre jour. J'étais impatient d'aller voir les auteurs car je savais que j'allais rencontrer un dessinateur vraiment génial, le premier que j'ouvre le matin pour voir si une nouvelle planche est apparue : Boulet. Depuis six ans qu'il dessine (professionnalement parlant), il a déjà à son actif plusieurs albums : Raghnarok, l'histoire d'un petit dragon qui a du mal à être un vrai dragon, la Rubrique Scientifique ou deux enfants nous apprennent les sciences de manière amusante, Womoks, une équipe de mercenaires déjantés, le Miya, une bestiole jaune qui assomme tout ce qu'il rencontre et Donjon Zénith tome 5 que l'on ne présente plus. Il est aussi et surtout le dessinateur de son blog que je trouve tordant car il se met en images et raconte son quotidien (de façon romancée, bien sûr).

Comme il y a peu de rencontres public-auteur en Lorraine, j'attendais avec impatience de rencontrer l'un ou l'autre de mes dessinateurs fétiches et j'étais heureux de voir que Boulet serait là. Si vous lisez son blog, vous verrez qu'il est roux et ça aide vraiment quand on le cherche parmi tous les autres auteurs. C'est ainsi que je l'ai vu :

Et que je l'ai approché pour demander un petit dessin :

J'étais comme une gamine qui rencontre les 2B3 (les cris en moins) : super content de voir enfin cet héros du quotidien et j'ai attendu patiemment mon tour pour lui demander un dessin qu'il m'a fait très gentillemment (je lui ai demandé de faire ce dessin en particulier).

Je suis super content ! Merci Boulet, t'es génial !

samedi 16 septembre 2006

Voyage en Bretagne (suite et presque fin)

Bon, je termine quand même sur les deux derniers jours passés en Bretagne. J'ai un peu tardé à mettre en ligne ces photos car j'attendais des commentaires pour Ploumanach (j'étais très content des clichés que j'avais pris) et je n'en ai pas eu. J'étais donc un peu déçu.

Donc voilà Roskoff qui est situé près de la mer, en Bretagne et pas en Russie (à moins d'une erreur de cap du GPS).

Roskoff possède un port de pêche et un départ pour l'Angleterre, donc il y a toujours des bateaux amarés.

C'était sans doute aussi le point de départ vers le nouveau monde. La preuve : des indiens fraichement débarqués.

Quand un bateau arrive, il n'est pas rare qu'il soit plein de crabes.

Les crabes sont stockés en fond de cale, si un passager clandestin s'est embarqué il ne doit plus en rester grand chose.

Une très typique crêperie avec un vélo... celui du livreur ?

Non, c'est un souvenir, à une époque où des roskovites allaient en Angleterre vendre le "rosé de Roskoff" c'est à dire des oignons, à vélo. On les appellait alors les Johnies

Allons maintenant à l'église Notre Dame de Croaz-Batz. Pas de prêchi-prêcha mais juste un petit tour du plus beau bâtiment de la ville.

Mastoc mais pas tant que ça.

Allons à l'intérieur. Voilà le coeur.

Le bois du plafond descend très bas.

Les "cartouches" (si vous avez un autre nom pour ces tableaux, donnez le moi) du chemin de croix sont très belles aussi.

Et voilà un Jésus mormon.

En sortant de l'église, on peut tomber sur ce dragon (sans douté lié à la légendre de la cathédrale de Saint Pol).

Revoilà l'église sous un ciel très pur (ce n'était pas du tout le cas de la matinée mais bon, on est en Bretagne...).

Détail du clocher, l'un des plus beau de Bretagne.

D'un peu plus loin, on dirait un minaret, ce qui est assez amusant.

Voilà, la journée s'achève, remarquez la légèreté du clocher.

Il me reste à vous présenter Saint Pol de Léon, juste à côté de Roskoff et nous pourrons rentrer en Lorraine. Rendez-vous très prochainement donc.

dimanche 10 septembre 2006

Le "scandale" des imprimantes 10x15

Cette image vous ment !

Cette année encore, la collection automne-hiver de chez Canon voit apparaître une flopée d'imprimantes dont quelques "mini-labos-photos" (c'est leur nom mais je doute que l'on puisse les appeller ainsi tant les réglages sont proches de zéro). Donc, comme tous les constructeurs d'imprimantes, Canon nous sert une nouvelle Selphy sympathique et tout et tout. Pourtant, comme je le dis dans le titre, elles impriment toutes dans le format 10x15 cm soit un rapport 2/3. Or, que constate-t-on à l'heure actuelle ? Et bien que les appareils photo numériques compacts (90% de la vente d'APN) font des photo au format 1.33 (et pas 1.5 comme pour ces imprimantes). Du coup, les tirages que vous ferez seront tronqués en haut et en bas pour cadrer avec le papier. Bien sûr, si vous avez un reflex Canon ou Nikon, cela ne posera pas de problèmes (les autres marques ont des rapports 4/3 encore plus exotiques) mais ces petites imprimantes sont surtout faites pour être piloté depuis un APN ou lire des cartes mémoires (même si on peut les piloter avec un ordinateur) donc elles sont réservées aux compacts et aux personnes qui veulent rapidement un tirage papier.

Dernièrement, j'ai lu que les constructeurs d'imprimantes disaient ne pas pouvoir faire de tirages en 11x15 (en 1.33 donc) car les papiers n'étaient pas disponibles mais on retrouve pourtant des papiers Canon, HP, Epson, etc. Ces argument ne tient donc pas.

Dans la dernière émission d'Europe 1 "Nouvelles technologies", le directeur marketing de Canon France était invité, il avait apporté sa petite Selphy et un APN compact, avait pris une photo et fait un tirage pour le montrer aux animateurs (je dis animateurs et pas journalistes, c'est fait exprès). Ceux-ci étaient presque émerveillés par le tirage mais personne n'a fait la remarque du format (il y a bien 10% de l'image mise à la poubelle et si l'on fait une bonne photo elle sera tronquée de toute façon), preuve qu'ils ne connaissaient pas le problème ou qu'ils font comme tous ces personnes qui se sont faites avoir :

- Oh que c'est beau ! Ha, il manque le haut de la tête à papy, tu sais même pas faire des photos correctes ! Hou le nul !
- Mais je te jure que...
- Ouais, c'est ça, de toute façon, tu n'as jamais apprécié ma famille.
- Mais arrête, si je te dis que la photo est bonne !
- Dis tout de suite que c'est la faute à l'imprimante, toujours à accuser le matériel ! Tu ne prends jamais tes responsabilités. Puisque c'est comme ça, je retourne chez ma mère...

Vous voulà prévenus ;-)

jeudi 7 septembre 2006

La foule

Il y a bien longtemps que je n'avais pas écrit un billet d'humeur... Certains vont encore dire que je râle tout le temps.

Hier et avant hier passait sur Arte "Mao, une histoire chinoise" et racontait l'ascension de cet homme parti de rien et, arrivé au plus haut niveau de l'Etat, adulé par presque un milliard d'hommes.

En regardant cela, ma tendre Nekibo me disait : "Je n'aime pas la foule". On voyait à ce moment des étudiants fanatiques prêts à tous pour voir Mao. Par la suite, des jeunes insultaient et tabassaient des anciens propriétaires terriens voire même des inconnus qui passaient soudainement du statut de révolutionnaires à celui de réactionnaires, simplement pour avoir posé des questions ou douté un tant soi peu des idées ou des effets de la révolution lancée par Mao. La foule est à l'origine de bien des excès, que ce soit pour la révolution française, la Commune de Paris ou tout simplement des gens qui en avaient assez d'être malmenés. Le problème c'est qu'elle embrigade les gens dans un système de pensée unique ou tout déviant est aussitôt montré du doigt et exclu (voire pire). Parfois même cela peut aller jusqu'à des hallucinations collectives (des "miracles" vus pas des centaines de personnes). Dans la foule, nous ne sommes plus individuels mais une partie d'un grand ensemble un peu comme dans une fourmilière ou une cellule d'un corps humain : nous allons tous dans le même sens et la cellule qui a une dysfonction est évacuée ou tuée. Dès alors, comment "rebrancher" son cerveau et sortir du torrent (comme dans la chanson "Né en 17 à Leidenstadt"). En effet, si tout l'appareil informatif est orchestré par un seul dirigeant qui l'oriente selon son dessein nous ne pouvons qu'adhérer à ses idées. C'est ce qui se passe au Etats-Unis où Bush fait peur aux gens en disant que les terroristes sont partout. En France, nous n'en sommes pas très loin quand on écoute les discours alarmistes de Sarkozy (d'ailleurs, à quand "La patrie en danger" ?). Souvenez-vous, en 2002 le thème (si je puis dire) des présidentielles était axé sur l'insécurité avec des petits vieux molestés juste avant les élections. Du pain béni pour la droite, surtout que toutes les télés abondaient dans ce sens. Juste après les élections, pouf ! disparue l'insécurité, le problème c'est que tout le monde y a cru. La foule est un abri pour les masses, pour les gens peu sûrs d'eux. Elle protège, elle alerte, elle mobilise, nous y sommes inexistants et quand elle se met en marche nous en devenons la force vive. C'est ce qui se passe dans "L'homme des foules" de d'Egard Poe ou un quidam ne vit que dans la foule et recherche sa présence protectrice. La révolution chinoise était forte à cause de la foule mais aussi des jeunes, toujours prompts à renverser l'ordre établi mais sans aucune expérience de la vie. Ils battaient les anciens pour les "recycler" et pouvaient tuer sur un simple parole de Mao "Une phrase de Mao équivaut à dix mille phrases prononcé par n'importe qui" disait un jeune. On peut tout faire par fanatisme : tuer, jeter un avion dans une tour, partir en croisade. Je me souviens d'un homme, très probablement collaborateur en France, lynché par la foule ; que faire contre cette marée humaine ? Il faut être très fort pour être détaché de tout cela et scander "ni dieu ni maître".

Mieux vaut d'être détaché de tout cela pour réfléchir et débattre de ses idées, c'est que les jeune maoïstes ont fait malgré eux en retournant dans les campagnes pour aider les paysans, ils ont ainsi vu que la politique de leur chef suprême n'était pas aussi au point que ça. Le réveil est parfois très dur voire insuportable pour certaines personnes.

lundi 4 septembre 2006

Destructor, le chat terribeul


Alors le petit chat grandit, il devient plus vif, plus espiègle et plus sauvageon. Dernièrement celui que j'ai nommé "Crapaud" et Nekibo "Patate", s'en prend à mes chaussettes et un rouleau de papier toilette (quelle horreur de le retrouver dans cet état !), voire aux phasmes que ma chérie élève pour son école.

Voilà donc le terribeul Crapaud, avec une patte si griffue, pas moyen de lui reprendre la chaussette.


Hého ! Ma chaussette !


Il s'en prend maintenant au rouleau de papier toilette, Nekibo fait un bond en voyant que c'est le dernier !


Il a l'air si innocent comme ça...


Voilà ce qu'il reste d'un rouleau tout neuf. Ca va être costaud de pouvoir s'en reservir...


samedi 2 septembre 2006

Syberia

Depuis quelques semaines, ma chérie et moi avons joué à des jeux déjà bien connu et que j'ai trouvé dans une grande enseigne au prix de 6€ : L'Amerzone, Syberia et Syberia 2 (le retour).
J'avais joué à l'Amerzone il y a quelques années et je me suis donc consacré à Syberia.
C'est l'histoire d'une avocate chargée d'achever la vente d'une usine d'automates à une multinationale du jouet. Arrivée dans les Alpes françaises, elle découvre qu'il reste un héritier et doit donc le retrouver pour que la vente se fasse. Comme il est introuvable et à une vie mystérieuse, elle va s'embarquer dans des aventures qui vont la changer.
Syberia datait de 2002 et s'achève avec la rencontre avec Hans qui cherche une île (Syberia) où se trouvent les derniers mammouths.
La suite, sortie en 2004, reprend l'histoire de Kate Walker et de Hans précisément là où nous les avions quittés à la fin du dernier opus.


Evoluant dans des paysages très variés, Kate doit trouver l'île de Syberia et accomplir le rêve de Hans.


L'une des phases de dialogue.


Kate est déguisée en moine afin de faire soigner Hans, gravement malade.


Hans délire devant l'une ses créations.


Les indices ne manquent pas mais les énigmes ne sont jamais insurmontables (contrairement à Myst).


Les carnets de croquis sont superbement bien dessinés, un vrai plaisir de les découvrir.


Les cinématiques sont très bien réalisés et très fines.


Kate va-t-elle réaliser le rêve de Hans ?


Si vous trouvez le pack Benoît Sokal en magasin, je vous conseille vivement de l'acquêrir, vous pourrez découvrir de très belles planches, des personnages attachants (on a du mal à les quitter), drôles et un jeu accessible au scénario agréable. Ici point de violence, on déambule de plans en plans par point and click et on trouve facilement ce qu'il faut faire pour avancer dans l'aventure (c'est encore plus simple dans Sybéria 2). Les musiques sont belles mais un bémol pourtant en ce qui concerne les bruitages et les dialogues parfois mal réglés en volume d'une scène à l'autre mais c'est bien le seul reproche. Bref, plutôt que de regarder un film à la télévision, je vous conseille de vivre une aventure avec Kate, Hans, Oscar et les autres personnages de Syberia.

Allez, je crois que je vais rejouer à l'Amerzone, ça sera un peu moins beau (le jeu a six ans) mais j'en ai gardé un bon souvenir.