Blog Orphanis.com

lundi 31 juillet 2006

Bon alors on s'est décidés...

... et nous allons en Bretagne chez Gabbel.

La caravane est (pratiquement) prête, les points de chute sont inconnus mais nous devrions passer par Cancale (pour profiter d'un camping gratuit) puis descendre dans le Finistère ou plus bas encore pour retrouver mon ami JazzBass qui doit être quelque part par là. Bien entendu, nous allons essayer de trouver quelques sites décris par Gabbel et avec un peu de chance nous pourrions même la retrouver en train de prendre en photo quelques cailloux (ben quoi, c'est vrai que tu prends des pierres en photo !). Je sens qu'à présent elle va se méfier... Bref, nous partons mercredi ou jeudi soir, histoire d'éviter les inévitables bouchons de Paris et puis nous verrons bien où aller ensuite. Nous sommes ouvert à toutes propositions de lieux, d'événements ou d'hébergement. D'ici là nous serons encore ici, en Lorraine, à préparer nos bagages. Je suis moins présent sur Internet depuis quelques semaines déjà (la faute aux vacances) donc les posts ne viennent pas très vite, ça ira mieux quand le mauvais temps me fera me repencher sur mon ordinateur. J'ai des cartes mémoire totalisant plus de 5 Go, de quoi faire assez de photographies pour cette semaine de vacances (voire plus), comptez sur moi pour vous en faire profiter.

jeudi 27 juillet 2006

La maison du bonheur

Hier, avec ma copine, on voulait passer une journée tranquille. J'avais fais mes cinquante kilomètres en vélo le matin et je ne voulais pas chauffer trop avec ce temps étouffant. Du coup, comme certains spots nous proposent d'aller au cinéma ou dans les supermarchés pour la fraicheur (tant qu'à faire, pourquoi ne pas y dépenser aussi les sous que l'on a pas ?), j'ai proposé d'aller voir un film certes moyen mais rafraichissant. Autant vous le dire, celà fait des mois que je ne trouve plus d'intêret d'aller au cinéma : les films sont très moyens et l'ambiance me fait parfois détester le genre humain (voir note qui va bien avec). Bon là il faisait chaud et le film n'était pas si mal mais pour du comique il ratait un peu son but. Je m'explique.

Tout commence avec deux agents en recouvrements qui poursuivent les mauvais payeurs, Charles (Dany Boon) est radin comme Picsou mais veut faire un beau cadeau à sa femme Anne (Michèle Laroque), il voit une maison à vendre en banlieue Ouest (du Nord) et c'est le coup de foudre. Malheureusement la maison est en ruine et son agent immobilier, Jean-Pierre Draquart (Daniel Prévost) l'arnaque sur le prix des travaux. Comme Charles perd son travail à cause d'un collègue qui se venge, il est obligé de faire des pieds et des mains pour que les deux ouvriers au noir achèvent les travaux et comme ceux-ci sont aussi doués en bricolage que JazzBass, les situations catastrophiques se succèdent.

Tout cela fait de ce film un enchaînement de quipropos, de bourdes qui font que l'on est crispés du début à la fin, on a mal pour le pauvre Charles acculé à ses problèmes et à sa femme qui ignore tout jusqu'à la fin. L'ensemble est drôle quand même mais l'on est toujours tendu. Dany Boon est sobre, joue bien, Michèle Laroque est posée et adorable (cela me fait penser qu'elle faisait beaucoup de publicités pour Sofinco ou Cetelem et que dans le film son mari est justement agent de recouvrement pour une boîte de crédit, je me demande si elle n'a pas été choisie pour ça...). Daniel Prévost est toujours aussi truculent et énnervant (comme dans "Le diner de cons") et l'on retrouve avec plaisir deux seconds rôles bien connus : Laurent Galelon (vu pour la première fois dans "Profs" où il était le prof de sport) et Zinedine Soualem

Bref, allez le voir mais n'ayez pas trop peur si vous faites des travaux à la maison, je vous rappelle que c'est une fiction !

mardi 25 juillet 2006

Le français se perd

Allez, comme ça fait un moment que je ne mets plus rien sur mon blog, j'en profite pour vous montrer une étiquette du Leclerc pour de la... chaire à farce. Pour ceux qui ne voient pas d'erreur, la chaire est une tribune réservée dans une église pour le prédicateur ou un poste pour un professeur d'université. Je ne vois donc pas bien comment on peut en faire de la viande... Cela me fait aussi penser à cet affichage sur une route à Metz pour une interdiction temporaire, il était écrit : "A comter du...". Je me demande qui contrôle ce qui doit être diffusé à grande échelle. Bref, il n'y a pas que dans la banlieue que le français se perd, je ne m'étonne plus que les gens fassent tant d'erreurs à présent.

PS : j'espère que de mon côté je ne fais pas trop de fautes...

mardi 18 juillet 2006

Petit jeu

Aujourd'hui, comme je ne sais pas trop quoi raconter et que ma copine est partie (pour deux jours, pas la peine de vous imaginer l'impossible !), je vais juste vous laisser découvrir une jolie musique tirée d'un film assez récent (moins de six mois). Je ferai un gros bisou à la personne qui me trouvera le titre du film. Allez, hop, au boulot !

dimanche 16 juillet 2006

Feu d'artifice du 14 juillet à Metz

Vous n'avez pas pu y échapper : le 14 juillet c'est beaucoup de monde et de belles lumières au dessus de nos têtes. Cette année encore, nous avons été servis et le Plan d'Eau à donné un cadre idéal aux feux qui égaillaient cette journée. J'ai tenté de faire des photographies à partir d'un emplacement VIP (accessible aussi quand on a de bons arguments). J'avais pas mal de photos mais le cadrage, un peu juste du fait de la distance, m'a fait en éliminer beaucoup. Voilà, je laisse les images parler pour moi.

Comme d'habitude, je vous propose d'autres photos dans la galerie (à droite)

samedi 15 juillet 2006

La jungle progresse

Avant-hier, en voulant réorganiser ma bibliothèque (bien bordélique jusqu'à présent), je commençais à retirer tous les livres qui y étaient entreposés...

...quand une plante de ma luxuriante jongle (au grand dam de Nekibo qui trouve que j'ai trop de plantes) m'empêche de retirer un livre

En forçant un peu, je me rends compte que le lierre est accroché à un bouquin d'Amélie Nothomb "Métaphysique des tubes"

Un gros plan du crampon, ça a l'air juste posé dessus mais en fait c'est très "mordant", même sur du papier glacé

Les crampons sont fixés à deux endroits et il est très difficile de les retirer sans abimer la plante

Du coup, j'ai réorganisé ma bibliothèque en laissant le lierre grimper dans mes livres. Moi qui aime bien quand tout pousse n'importe comment (pas trop quand même), je suis ravi. Il ne faudrait pourtant pas qu'un jour je ne puisse plus bouger dans mon appart... Pour le lierre, et bien j'attendrai qu'il ait fini le bouquin !

jeudi 13 juillet 2006

Avancée des travaux, part. 2

Le travail sur la caravane se poursuit, le plus dur étant le ponçage et la mise en peinture. Après avoir acheté la peinture chez un professionnel (pas chez Casto, on ne nous a pas recommandé les "grandes surfaces") et s'être fournis en ponceuse (une super chouette, presque futuriste), nous nous sommes remis au travail.

Le pire pour les poumons, malgré le masque, c'est le ponçage (il faut que je pense à me faire couper les cheveux aussi...), c'est très long et relève plein de défauts de surface

Le résultat semble bon, en tout cas de loin (surtout comparé au moment où l'on a reçu la caravane).

Après ponçage intégral incomplet car la carrosserie n'est pas lisse, vient la couche de primaire d'accrochage, indispensable pour la bonne tenue de la laque, surtout sur endroits réparés (notez le avant/après).

Même avec une couche, ça fait déjà pas mal. Remarquez que je ne bosse pratiquement jamais.

La seconde couche n'a pas été prise en photo. Il reste à faire les bas de caisse et l'intérieur. Vous verrez cela un autre jour.

mercredi 12 juillet 2006

L'Echiquier du Mal

Il était temps que je remette un livre à votre disposition, les derniers de Michel Folco étaient fabuleux et j'ai changé de sujet après ces romans historiques (et très prenants) pour passer à la science-fiction avec deux tomes de Dan Simmons : "l'Echiquier du mal". S'ils sont dans la catégorie SF, en lecture on s'éloigne peu de la réalité et comme dirait le copain qui me conseille sur mes lectures depuis quelques mois : "c'est juste un petit truc, une petite différence chez les personnages qui fait tout basculer" (c'est à peu près ce qu'il m'a dit).

Je résume les livres. Tout commence par un juif dans les camps de la mort, il est seul dans un barraquement et il sait qu'il va être emmené pour finir dans un four. Il refuse cela et se battra, quitte à tuer les soldats, pour ne pas mourir. Pourtant une force prend le pas sur sa volonté et l'obligera à suivre les soldats qui préparent un macabre jeu d'échec. Le juif, Saul, y survivra et après la guerre entamera avec Nathalie, Rob et le Mossad, la chasse aux vampires psychiques qui menacent d'obliger les humains à se battre pour une partie d'échec planétaire.

Les livres sont segmentés en chapitres qui racontent les différents points de vue : Mélanie, une vieille dame qui Utilise les gens pour son service et qui est très vieux jeu ; Nathalie, la fille d'une personne Utilisée et morte ; Saul, le juif qui poursuit son tortionnaire ; les membres de l'Island Club, les vampires qui jouent avec les humains, etc.

Après le premier tome, j'hésitais à poursuivre l'histoire (c'est quand même de gros bouquins) et j'accrochais moyennement l'intrigue. Par curiosité, j'ai poursuivi et ne le regrette pas et j'en garde un bon souvenir car c'est une histoire qui se tient, sans énormités et malgré quelques longueurs, donne envie de lire les chapitres suivants.

Si vous aimez la science-fiction "légère", contemporaine, très proche de la réalité mais avec un soupson de fantastique, je ne peux que vous conseiller ces livres.

Je vais maintenant me plonger dans "Darwinia" et vous en ferai un topo quand j'aurai fini.

mardi 11 juillet 2006

Metz by Moselle

Aujourd'hui, à l'instar de Gabbel qui nous fait visiter les régions qu'elle visite (et de fort belle manière), je vous propose un petit voyage dans Metz par les bras morts de la Moselle. En effet, hier soir, avec ma chérie, nous sommes allés en canoë-kayak faire un petit tour vers le plan d'eau et les espaces nautiques de Metz. Mon esclave, Nekibo a pagayé une bonne partie du temps pour que je puisse me servir de mon appareil photo. Nous avons ainsi profité d'une vue que peu de messins connaîssent et en voilà quelques images.

Et voilà c'est parti. En regardant bien, vous pourrez voir la cathédrale derrière les maisons

Le Temple Protestant situé comme Notre Dame de Paris

Vue de plus près

La plaque du Moyen-Pont, en partie détruite

Le pont qui passe à côté du Conseil Général

Quelques reflets dans l'eau

La basilique près du lycée Fabert

La digue qui bloque notre passage

Je n'ai mis ici que quelques photographies afin de ne pas surcharger la page, vous pouvez en trouver d'autres dans la galerie (à droite et pas en haut).

dimanche 9 juillet 2006

Ils ont perdus mais...

... on a fait une chanson pour compenser cela.

Alors il s'agit d'un merveilleux morceau bientôt classé au Top 50. Vous pourrez ainsi admirer les magnifiques prestations de Nekibo (à la guitare et au chant) et de votre obligé (la voix affreuse derrière). Bientôt une prestation officielle à Pop-Star (on va casser la barraque !).

Ca s'appelle "Le Chat Chasseur"

Pendant que j'y suis, une nouvelle rédactrice sera très prochainenent au chevet d'Orphanis pour y placer ses post. Il parraît que je râle trop alors quelques notes joyeuses et pleines de bon sens devraient changer la donne.

vendredi 7 juillet 2006

Sortez les drapeaux !

Avec ces jours de coupe du monde de football pousse près des pots de fleurs une nouvelle forme de patriotisme débile : les drapeaux. Il suffit de se promener dans un village quelconque (dans mon village pour ces photographies) pour voir ces bouts de tissus accrochés aux fenêtres et plus la France gagne et plus il y en a, c'est une nouvelle forme d'épidémie qui touche apparemment surtout les crétins (hélas, elle ne tue pas sinon j'aurais peut-être une chance de vivre longtemps ;-)). Ce qui est curieux, comme je viens de le dire, c'est qu'il y en de plus en plus au fur et à mesure que la France remporte les matches. Dire qu'au début tout le monde critiquait "les vieux" de l'équipe de France et maintenant ils sont encensés. Domenech était un con, il devient un héros adulé par un pays qui se voit pousser des ailes. Mais qui a dit que les français ne défendraient leur équipe que si elle gagnait ? Personne voyons !

Du coup il y en a partout de ces drapeaux ou des ces ballons (au moins c'est original), j'ai même vu une voiture peinte en bleu/blanc/rouge pour l'occasion et j'ai peur que dimanche je ne puisse pas dormir à cause des excités klaxonnant jusqu'au bout de la nuit. Et je ne parle pas des drapeaux sur les visages : quand je vais dans un magasin, je me sens agressé par cette forme d'intégrisme ; encore un signe ostentatoire je vous dis, des vendeurs aux clients tout le monde s'y met, je crois d'ailleurs qu'il n'y a pas d'autres religions disponibles. En tout cas pas de bêtises comme ça dans mon magasin et ce n'est pas mon collègue qui me contredira (coucou Pascal !).

(Au dessus de ce drapeau palabraient deux beauf sur le balcon, une vrai caricature du français moyen avec sa canette et sa pizza, je les ai pas pris de peur de recevoir une kro dans la figure)

J'ai l'impression que tout cela cache une sorte de nationalisme imbécile, c'est vrai que les français n'ont plus grand chose pour eux dans le monde : des politiques pourris, un Clémenceau qui fait le tour de la planète sous les rires de tous les Etats, un "modèle social" qui doit certainement amuser les pays du nord et une économie ridicule. Enfin, les français pourront bientôt pavaner avec leur "On est les champions, on est les champions...", on les prenait pour morts mais maintenant on est tous derrière eux. Ca me fait penser aux universités américaines où les étudiants peuvent avoir leurs bourses ou/et leurs diplômes en étant mauvais partout (des têtes pleine d'eau quoi) et en étant bons en sport... Bref, si le football permet à notre bonne vieille France de se croire une fois de plus supérieure aux autres et bien ce sera sans moi.

mercredi 5 juillet 2006

C'est les vacances !

Enfin les voilà ! Après des semaines de dur labeur nous sommes libéré de l'école. Plein de projets vont pouvoir être réalisés : peindre la caravane et partir quelques jours avec, faire du vélo, du kayak, de belles promenades, aller voir les copains et se reposer sans penser au lendemain. Hélas, ce n'est que de la théorie car j'ai un deuxième boulot en cours et il faut que les affaires marchent. Du coup, mes vraies vacances dureront quinze jours, en août, ce qui n'est déjà pas mal et étant toujours prêt d'un ordinateur, je peux continuer à tenir ce blog à jour. Je n'ai pourtant pas le coeur en joie : c'est toujours difficile de quitter les collègues, de casser le rythme, de se retrouver presque orphelin de son boulot mais j'y gagne du temps libre pour ma copine et ça c'est génial !

lundi 3 juillet 2006

Début de la moisson

On y est : la moisson a commencé dans nos campagnes mosellanes. C'est donc parti pour les moissonneuses, les tracteurs qui embêtent tant les automobilistes et c'est parti pour la moisson du siècle, comme tous les ans.

J'étais prendre la température chez mon ami Jean-Christophe (non non, il n'est pas médecin) et cette année à l'air d'être très bonne, comme tous les ans. Ca promet. La moisson du siècle je vous disais.

Je n'ai pas encore vu d'"enclos" pour les busards qui nichent dans les champs (pour que les agriculteurs évitent les nids dans les blés), il semble que les bénévoles de la LPO ne s'en sont pas soucié, tout comme l'année dernière. J'espère que les petits ne passeront pas dans la moissonneusse.

dimanche 2 juillet 2006

Et merde...

Je croyais être tranquille hier soir devant ma télévision, regardant un bon film. Et bien ça n'a pas duré : la France a gagné et des cornichons n'ont rien trouvé de mieux à faire que de faire la tournée des villages en klaxonant comme pour un mariage. A 20h ça ne m'aurait pas dérangé mais à 23h c'est exagéré (surtout quand on essaie de dormir). Une fois de plus la France est prise en otage par le football. La France revis et une nouvelle ère de prosperité s'annonce, c'est génial ! On a gagné la bataille, j'espère que la guerre sera humiliante.

samedi 1 juillet 2006

France-Brésil

Ce soir, tous les médias (français au moins) suivront le match France-Brésil. Inutile de vous dire que si des avions entrent en collision avec la Tour Effel, rien ne détournera les télés du ballon rond. Une fois de plus, les vieux de l'équipe de France feront le spectacle et la France à genoux sera en pâmoise devant ses héros. Difficile d'y échapper, bien évidemment mais il faudra bien pour ceux qui ne supportent pas de voir ces milliardaires en short courrir derrière un ballon. J'irai bien à la fête des cerises dans mon village natal mais j'imagine déjà l'écran géant trônant au milieu de la place du village avec ces litres de bière coulant à flot. Je vais bien évidemment rester chez moi devant un bon film avec le volume d'écoute bien au-dessus de la moyenne pour couvrir les cris des supporters du village ou alors aller au cinéma (qui sera certainement bien vide pour un samedi soir). Il reste que le meilleur moment où je peux voir un ballon de football est sans aucun doute dans Shaolin Soccer où au moins on rit devant le spectacle et le foot est une parodie. Au moins, ça change du cinéma des joueurs (les vrais) quand ils font signe de mourir quand ils frollent un joueur adverse. D'un autre côté, c'est aussi rigolo que le film...

Comment va minou aujourd'hui ?

Bien, très bien, je grandis, commence à ma balader partout et suis toujours plus mignon. Par contre, je me casse toujours la binette en descendant de mon lit.